Congrès de l’UNPC : les journalistes ménauposés s’agitent !

Par Agnelo Agnade.

Depuis l’annonce de la tenue à Moanda du congrès de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC), certaines personnes qui pensent avoir fait de cette corporation leur boutique privée, s’agitent fortement.

Seulement, ces personnes qui se réclament journalistes mais qui ne le sont pas en pratique à cause de leur improductivité, mènent une campagne de diabolisation contre le président Joseph-Boucar Kasonga Tshilunde pourtant lavé par la justice dans les griefs portés contre lui rien que sur base de la jalousie.

Le comble dans cette campagne, c’est lorsque le très respectable professeur émérite Malembe Tamandiak s’en mêle avec une dose de tribalisme, salissant tout le crédit de Patriarche qu’on lui reconnaît. En effet, le fondateur de l’ISTI devenu IFASIC, a tenu une conférence de presse ce jeudi 10 septembre à Fatima avec des aigris de tout bord, pour s’en prendre à l’organisation du congrès par Kasonga TShilunde. En quelle qualité, lui qui n’est ni journaliste, encore moins professeur actif de journalisme ? Le respect, on le lui doit toute sa vie, mais il doit éviter de s’engrener dans le camp des journalistes ménauposés assimilables aux «teme teme», et dont le dernier article, pour la plupart d’entre eux, remonte à 10 ans.

Le professeur Malembe sait que quand un journaliste ne produit pas pendant deux ans, il doit cesser de se prévaloir de cette qualité. L’UNPC est une corporation des journalistes actifs et le congrès de Moanda doit remettre les choses sur les rails : l’UNPC aux journalistes actifs. Les ménopausés n’ont qu’à faire autre chose parce qu’ils sont devenus rédactionnellement très improductifs. Voilà pourquoi ils ont peur du congrès. Aux actifs, rendez-vous à Moanda le 21 septembre prochain pour mettre les points sur les «i» !

À ne pas rater

À la une