18ème édition de DRC Mining : Glencore a marqué ses empreintes !

Tiré de Politico.cd

Lors de la semaine minière de la RDC (DRC Mining Week) qui s’est déroulée à Lubumbashi dans le Haut-Katanga du 14 au 16 juin 2023, la Société Glencore, productrice de cuivre et de cobalt en RDC a marqué ses empreintes indélébiles à cette 18ème édition de la grande messe des miniers du pays.

Pour cette édition, Glencore a sponsorisé deux panels de discussion dont celui des «Women in Mining-WIM», qui a connu la participation de Godelieve Kanga, Superintendante en charge des questions juridiques pour Mutanda Mining et de Marie-Anne Mazangu, Superintendante en charge de la maintenance pour Kamoto Copper Company (KCC) et présidente du comité des femmes de KCC.

Il était question pour ce panel de passer au peigne fin toutes les questions d’amélioration de la sécurité des femmes sur les sites miniers, ainsi que les thématiques liées à l’équité du genre et l’inclusion en vue d’une plus grande efficacité dans les opérations minières.

À cet effet, Glencore estime qu’une culture diversifiée et inclusive est essentielle pour contribuer à la croissance de l’entreprise et pour attirer, développer et retenir les talents.

« Une main-d’œuvre diversifiée renforce notre culture et notre capacité à atteindre nos objectifs commerciaux. Plus précisément, nous souhaitons que plus de femmes rejoignent le secteur minier », a indiqué le directeur de Glencore Copper Africa, Clint Donkin.

Le deuxième panel qui a tourné autour du thème : « Facteurs Environnementaux, Sociaux et Gouvernementaux : Planifier des événements futurs aujourd’hui », a permis de présenter une lecture objective de la situation actuelle du secteur du point de vue de la politique environnementale, sociale, économique et de la gouvernance, et de présenter ce que pourraient être les évolutions et les facteurs influençant ces évolutions en vue de l’atteinte d’un développement réellement durable pour la RDC.

Modéré par la présidente de Glencore RDC, Marie-Chantal Kaninda, ce panel a connu la participation de directeur de cabinet de la ministre des mines, de l’ambassadeur de Suisse en RDC, Chasper Sarott, de l’ambassadeur de Suède en RDC, Henric Rasbrant, du directeur général de Barrick Gold, ainsi que Umpula Nkumba Emmanuel, directeur exécutif de Afrewatch représentant la société civile.

Évoquant l’aspect plus économique de la responsabilité, Marie-Chantal Kaninda a fait savoir que lorsqu’il s’agit de la RDC, le climat des affaires a souvent été mis en cause. À ce sujet, elle veut connaître les plans de l’Etat congolais pour mettre le secteur minier dans un confort qui lui permettrait de continuer à opérer de manière responsable.

« Nous savons que quand on parle de la RDC, on met souvent en cause le climat des affaires, une fiscalité excessive, un code minier qui parfois crée de multiples discussions entre les différentes parties prenantes. Je dirai que le code minier jusqu’à ce jour qui n’a pas bien compris même parfois par certain nombre de l’administration minière. Les problèmes des infrastructures, l’administration publique qui a besoin parfois d’être recyclée, les problèmes judiciaires (…) Pourtant les sociétés minières continuent à opérer en RDC. Alors je retourne vers le directeur de cabinet pour lui demander qu’est-ce que l’état congolais pense de ce qui doit être fait pour mettre le secteur minier dans un confort qui lui permettrait de continuer à opérer d’une manière responsable ? Quels sont les plans que l’Etat devrait pouvoir avoir ?», a-t-elle interrogé.

S’agissant du climat des affaires, Marie-Chantal Kaninda a renseigné qu’une enquête a été menée par plusieurs entreprises de 13 secteurs différents sur un échantillon d’entreprises formelles en activité dans tous les secteurs de la vie économique nationale suivant les piliers environnement des affaires ; conjoncture économique ; et sujets d’actualités qui a abouti un résultat de 37%, qui, dit-elle, n’était pas positif.

En revanche, elle a laissé entendre que ceci marque certainement une volonté par les institutions d’améliorer l’environnement économique et le climat des affaires.

Il sied de noter que lors de la semaine minière congolaise à Lubumbashi, un stand d’exhibition pour Mutanda Mining, un Stand d’exposition pour KCC, une salle de réunion privée ayant permis de nombreux contact avec les opérateurs économiques, représentant de la société civile, Officiel ou autre des 8000 visiteurs. Aussi, des brochures informations, des Kit de visite Virtuel de l’opération de KCC ont été une vraie innovation.

La semaine minière de la RDC a connu la présence du géant suisse avec une délégation de près de 50 personnes comptant les représentants de Glencore International, Glencore RDC, Kamoto Copper Company et Mutanda Mining.

Lors de la soirée de Gala, organisée en clôture de la DRC Mining Week 18ème édition que le Groupe Glencore en RDC et ses opérations de Kamoto Copper Company et de Mutanda Mining se sont vus décerner un prix de reconnaissance pour le soutien continu à cette activité vite devenue une institution.

Il convient de signaler que Glencore est l’une des plus grandes entreprises diversifiées de matières premières au monde et un important producteur et négociant de produits de base issus de sources responsables.

Présente en RDC depuis 2007, Glencore gère deux exploitations industrielles de cuivre et de cobalt, Kamoto Copper Company SA (KCC) -un partenariat avec la Gécamines et Mutanda Mining SARL (MUMI) dans laquelle le gouvernement congolais détient une participation conformément aux exigences du Code des mines. Toutes deux sont basées dans la province du Lualaba.

À ce jour, Glencore a investi plus de 8 milliards de dollars américains dans le développement de MUMI et KCC. À la fin de l’année 2022, ses activités employaient plus de 8 700 personnes et comptaient 7 650 contractants.

  • banniere buala

À ne pas rater

À la une