Élection à la FEC au Kasaï central : Le torchon brûle déjà entre les membres

Prévue pour le 23 avril prochain, l’élection du nouveau patron de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), groupement du Kasaï central, divise les opérateurs économiques centre-Kasaiens au point que le président en exercice menacerait de traduire le candidat déclaré à la justice pour violation du règlement intérieur de ladite structure.

En effet, après l’annonce de la candidature au poste du président de la FEC groupement du Kasaï central de Aimé Biduaya Muamba, ce dernier a été jugé inéligible à ce poste, faute de cotisations, selon son accusateur, qui n’est autre que le président en fonction, Jean Assaka.

«La candidature à la présidence de la FEC ne s’annonce pas à la radio plutôt au bureau moyennant paiement de la caution de 3.000 USD», a déclaré Jean Assaka en joutant que «Biduaya Muamba est un opportuniste qui ne répond pas aux critères exigés par les statuts et règlement de la FEC».

Dans un point de presse tenu le mercredi 14 avril, le président des établissements Jeunes pour Jeunes, Biduaya Muamba, a annoncé qu’il serait candidat aux élections du 23 avril comme prévu. C’est cette annonce qui crée trop de polémiques à Kananga entre le candidat déclaré et le président en exercice. Pour Jean Assaka, le comportement de Aimé Biduaya est une violation de l’article 9 des statuts de la FEC qui l’expose aux sanctions.

À ne pas rater

À la une