Absence de l’ABCE au Gouvernement Sama Lukonde : Mboso pointé du doigt !

La composition de l’équipe gouvernementale est loin d’arrêter les débats. Si certaines provinces comme le Sud-Kivu, le Kasaï oriental ou encore le Nord-Kivu ont eu un nombre important des ministres, d’autres par contre comme le Mai-Ndombe, le Haut-Uele et le Kwango se sont vues défavorisées (Lire l’article de Scooprdc.net : Gouvernement Sama Lukonde : Voici le quota de chaque province et de chaque parti et regroupement politique).

Ce premier gouvernement de l’Union sacrée de la nation crée d’énormes frustrations. Déjà à l’Assemblée nationale, les députés nationaux gesticulent et murmurent. Dans les regroupements politiques, on accuse, on grince les dents et on menace. En effet, selon les informations parvenues à Scooprdc.net, le président de l’Assemblée nationale est pointé du doigt. L’élu de Kenge est accusé d’avoir roulé ses pairs du regroupement ABCE, avec la complicité son adjoint, appuyé par un haut cadre du sérail présidentiel.

Nos sources indiquent que pour contrer les adversaires de taille de sa province le Kwango, l’ancien fils chéri de Mobutu a bousculé pour présenter un candidat de son parti et s’assurer de la présence de sa province dans le gouvernement alors que le regroupement ABCE avait consensuellement envoyé les noms d’un originaire de l’Équateur et on parle d’un ancien gouverneur qui a tôt rejoint Félix à l’Union sacrée, et d’un originaire de Maniema. Logiquement, poursuivent les sources du média en ligne, le regroupement ABCE qui a 12 élus, ne pouvait pas être absent du gouvernement Sama Lukonde.

Pour avoir cherché à dribbler ses pairs pour régler les comptes à une étoile montante de sa province d’origine, celui qui est arrivé à la tête de l’Assemblée nationale par la faveur de l’âge, a fait perdre la représentation à trois provinces de la République. Nous apprenons même que son regroupement entend lui retirer la confiance, lui qui n’a que deux députés dont lui-même. Les regards de trois provinces non représentées du fait des méthodes mobutistes, tiennent à l’œil le vieux mobutiste qui aux dires de ses propres frères, n’a rien fait pour sa province depuis près de 50 ans aux affaires.

«Le président de la République doit faire attention aux conseillers de ses conseillers, et à ceux de ses proches qui risquent de faire rebasculer la majorité et ouvrir la voie aux élections anticipées», a laissé entendre un cadre de l’ABCE sous anonymat.

De l’avis des observateurs de la scène politique congolaise, le Gouvernement Sama Lukonde devrait être non seulement un gouvernement des guerriers, mais aussi et surtout un gouvernement d’une vraie cohésion nationale sur base du principe de la représentativité consacrée par la constitution de la RDC. Dommage que cette représentativité souffre de déséquilibre criant.

À ne pas rater

À la une