Insolvabilité à la Présidence : les amis de Félix Tshisekedi à la tête de CRESP entretiendraient une mafia !

«Incapacité financière, mauvaise foi ou détournement des fonds qui lui empêcherait d’honorer les factures de ses Fournisseurs ?», c’est par ce questionnement que les fournisseurs de la Coordination des Ressources Extérieures et du Suivi des Projets à la présidence de la République (CRESP) ont saisi la rédaction de scooprdc.net, pour dénoncer ce qu’ils jugeraient de mauvaise foi, qui s’apparente à une sorte de tripatouillage de fonds destinés à cette coordination par Joe Dumbi Kabangu, les laissant ainsi dans la rue.

Force est de constater que plusieurs fournisseurs de services auprès de CRESP se plaignent de subir des dommages pour non paiement de leurs factures des prestations déjà réalisées à certains pourcentages même celles exécutées à 100% depuis plusieurs mois.

Il est évident que la Présidence de la République dont fait partie la CRESP, avec son budget, ne peut que financer ou préfinancer le fonctionnement et les activités de CRESP.  «Alors, qu’est-ce qui justifie les arguments de problèmes de trésorerie que brandit la CRESP à chaque fois que ses fournisseurs lui réclament leurs dus (paiements) ? CRESP souffrirait-elle d’une incapacité financière chronique ou s’agirait-il d’une mauvaise foi notoire ou détournement de fonds de la part des Gestionnaires ?», s’interrogent les fournisseurs qui, en plus de cela, dénoncent le mode opératoire utilisé à la CRESP : « pas de traces – pas d’argent ».

A la question de savoir comment fonctionne cette coordination, la source du média en ligne affirme ce qui suit : « C’est une pratique mafieuse que les nouveaux dirigeants venus de la diaspora ont institué. Ils font tout pour ne pas signer directement des documents avec objectif de ne pas constituer des éléments de preuves en cas de poursuites. Souvent, ils demandent la réalisation des services aux fournisseurs sans documents signés et, selon leur stratégie mafieuse, ils peuvent ne pas payer, par manque de preuves matérielles ».

Contacté par la rédaction de scooprdc.net pour donner sa version des faits, le numéro du coordonnateur est constamment fermé. Le texto lui envoyé est aussi resté sans réponse. Or, certaines sources de la Présidence confirment que c’est son numéro habituel. Ce n’est que partie remise.

Pour rappel, la CRESP (Coordination des Ressources Extérieures et du Suivi des Projets) a été créée sur Ordonnance présidentielle n°19/069 du 25 juillet 2019. Et sa gestion pose énormément problème, car les fournisseurs s’en plaignent aujourd’hui publiquement au point d’indexer ses dirigeants pour la plupart congolais de la diaspora à qui Félix Tshisekedi aurait plus fait confiance.

À ne pas rater

À la une