Climat des affaires en péril en RDC : le Guichet unique fait chier !

Au maximum trois jours, tel est le délai tant vanté pour l’obtention de tous les documents nécessaires en vue de la création d’une société en RDC. Ce message qui passe en boucle sur des chaînes de télévision et radio, contraste véritablement avec la réalité sur le terrain.

En effet, si tout au début de la création du Guichet unique trois jours pour entrer en possession des documents de création d’une entreprise suffisait, ce jour-ci c’est un parcours de combattant qu’il faudra parcourir. Deux, trois, quatre voire cinq mois, c’est le délai normal pour obtenir l’ensemble des documents. Les plus chanceux peuvent les avoir après une ou deux semaines par le versement des pots de vin évalué à 100 USD.

Les documents qui posent généralement problème et freinent le processus sont le numéro d’impôt délivré par la Direction Générale des Impôts (DGI) et l’identification nationale émanant du ministère de l’économie. Et pourtant, l’Etat congolais crie à l’amélioration du climat des affaires.

Les requérants accusent les agents de ces deux services de délibérament retarder le traitement des dossiers pour se faire soudoyer. Pour la DGI, ça toujours été un problème de connexion ou de réseaux internet, alors que les raisons sont ailleurs comme tout le monde le sait. Au lieu de tout terminer au niveau du Guichet unique comme prévu, certains requérants impatients font les tours à la DGI et au ministère de l’économie en vue d’accélérer leurs dossiers. Exercice qui oblige le glissement de quelques billets à chaque étape. 

Cette situation honteuse, non seulement déshonore et ternit l’image du pays, mais impacte négativement sur le climat des affaires. Si les nationaux peinent dans leur propre pays pour créer rapidement des entreprises, qu’en sera-t-il des étrangers soucieux d’investir en RDC ? Car, avec ce système, même les étrangers savent que la campagne publicitaire sur TV 5 pour investir en RDC ne sert à rien.

L’assainissement du climat des affaires oblige, le ministre de l’économie et le directeur général de la DGI s’ils ne sont pas au courant, maintenant qu’ils sont informés, ils doivent agir vite pour corriger les brebis galeuses et faire en sorte que l’obtention des documents pour la création de l’entreprise s’obtiennent dans le délai tel que le message qui passe à la télévision et à la radio l’annonce parce que le thermomètre du climat des affaires commence par là.

À ne pas rater

À la une