Tapez pour rechercher

Economie

Fleuve Congo et rivière Kasaï : balisage et cartographie de navigation mise à jour attendus de la RVF

A un mois de la fin du Programme d’Appui à la Navigabilité des Voies fluviales et lacustres (PANAV), une centaine d’agents de la Régie des Voies Fluviales (RVF), composée des cartographes, hydrographes, hydrologues, commandants des baliseurs, officiers mécaniciens, maîtres d’équipage, barreurs, matelots, capitaine d’armement et autres cadres, était vendredi 9 août dernier en atelier de renforcement des capacités. L’objectif poursuivi par les gestionnaires du PANAV est d’inculquer dans le chef de ces agents RVF, l’esprit d’équipe dans leur travail pendant la période de campagne de balisage et de mise à jour des cartes de navigation du fleuve Congo et de la rivière Kasaï ; laquelle campagne s’étend du 1er août 2019 au 24 janvier 2020.

D’après Déocard Mugangu Bisimwa, régisseur du PANAV qui se dit pas encore satisfait totalement du résultat de ce projet financé à hauteur de 60 millions d’euros par l’Union européenne dans le cadre du 10ième FED, s’il n’y a pas esprit d’équipe dans ce travail où chacun est appelé à jouer sa partition, il n’y aura pas de résultat escompté. Il explique qu’en rapport avec l’objectif spécifique du projet, les moyens matériels, humains et financiers sont réunis pour réaliser le balisage et procéder à la production des cartes thématiques de navigation pour le fleuve Congo et la rivière Kasaï.

Lire aussi :
Télécoms : Busanga et Kakula connectés au réseau 3G de Vodacom Congo !

En effet, la RVF qui depuis plusieurs décennies n’a pas réalisé des balisages sur les cours d’eau en RDC, faute de moyens logistiques et humains spécialisés, dispose désormais, grâce à ce financement de l’Union européenne, de six baliseurs de pointe et d’un personnel bien formé et recyclé (hydrographes, hydrologues, cartographes, chefs de bord, barreurs profileurs, personnels navigants…), tout ça dans le but de booster le secteur fluvial et lacustre en RDC. « On ne peut pas parler d’un développement socio-économique dans les Etats d’Afrique centrale sans mettre à profit la navigation intérieure », soutient Déocard Mugangu Bisimwa.

A l’état actuel des choses, une mission partielle de balisage fixe avait été confiée au prestataire indépendant Alpha Topo et celle-ci a consisté en l’installation de 121 alignements de navigation et 242 panneaux d’alignement sur environ 400Km des passes rocheuses, en sus des panneaux kilométriques sur 2.400Km du parcours offert par les deux cours d’eau.

En dehors des passes rocheuses, le balisage de près de 2.000Km des voies navigables doit encore être finalisé par un balisage mobile (bouées et signaux de rive) ainsi que par un jeu de 159 signaux de balisage fixe constitués essentiellement de 98 croix et 61 losanges, à poser par la RVF. Ainsi donc pour le régisseur du PANAV, ‘’l’infrastructure de balisage de deux cours d’eau est à ce jour encore partielle, insuffisant et par conséquent, ne pourra pas assurer et offrir la sécurité à la navigation’’.

D’où avec l’atelier organisé, les gestionnaires du PANAV espèrent voir les agents de la RVF impliqués dans les travaux de balisage et de cartographie de navigation être bien sensibilisés sur la nécessité de léguer à la RDC un dispositif de balisage ainsi qu’une cartographie de navigation en adéquation avec la définition et objectifs préalablement fixés du PANAV.

Lire aussi :
Renouvellement de la licence 2G de Vodacom : les turpitudes de Matata Ponyo à la base de la polémique !

Ginno Lungabu.


odio quis et, diam commodo quis, Curabitur consequat. facilisis adipiscing