EconomieJournées portes ouvertes d’ANAPI : l’OCC fier de l’accréditation de ses laboratoires de Matadi et Kasumbalesa !

10 mai 2019
scooprdc-banniere-1
Sonas Baniere 1
https://scooprdc.net/wp-content/uploads/2019/05/Elisabeth-Kasongo-2.jpg

Cette bonne nouvelle a été annoncée, ce vendredi 10 mai, par Mme Elisabeth Kasongo Omba, directeur général adjoint de l’Office National de Contrôle (OCC). C’était au siège de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI) où sont organisées les journées portes ouvertes. Celles-ci débutées jeudi 09 avril et qui se clôturent le 11 avril, donnent l’opportunité à plusieurs régies financières et autres services d’Etat, ainsi que des entreprises du secteur industriel et celles du commerce extérieur, de se faire connaître du public.

« Le grand challenge que nous avons aujourd’hui c’est l’accréditation de nos laboratoires. Au moment où je vous parle, nous avons deux labos qui ont déjà obtenu d’accréditation. Pourquoi je parle de l’accréditation, parce que c’est la feuille de route internationale. Aujourd’hui notre labo de Matadi au Kongo central et celui de Kasumbalesa au Haut-Katanga peuvent contrôler et analyser un produit. Dès que vous prenez ce produit et vous allez avec partout au monde, ce produit ne sera plus contrôlé. C’est ça la grande bataille que nous avons. Dans quelques jours, ça sera notre labo de microbiologie de Kinshasa », a révélé dans un point de presse, le numéro 2 de l’OCC avant de d’ajouter que l’OCC a un réseau élargi des laboratoires, non seulement d’analyse, mais aussi de contrôle de métrologie et de contrôle technique.

Lire également :   ITIE : la RDC risque la défénestration

Madame Elisabeth Kasongo Omba qui reconnaît que l’OCC rencontre beaucoup de difficultés, notamment la non-collaboration de certains opérateurs économiques et patrons d’entreprises, refuse d’admettre que son office est un œil dormant ou fermé de l’Etat comme certains détracteurs le déclarent. « L’OCC a ses limites, a son champ d’action. L’OCC preste au niveau des frontières et au niveau de l’industrie locale. Mais il y a quelques fois confusion au niveau des compétences. Lorsque quelqu’un s’amène dans une pharmacie et achète un produit périmé. Doit-il condamner l’OCC ? Ce n’est pas le rôle de l’OCC dans cette officine ! L’OCC se limite aux frontières, il a contrôlé cette cargaison aux frontières mais la suite de contrôle doit être faite par d’autres services tels le ministère de la santé, le ministère de l’environnement, le ministère de l’agriculture », se défend-elle en estimant que c’est par manque d’informations que l’on tire à boulet rouge sur son office.

Profitant de ce cadre des journées portes ouvertes de l’ANAPI, la DGA de l’OCC rappelle que son office est un établissement public à caractère technique et scientifique ayant pour mission  sociale qui consiste à procéder entant que tierce partie à l’évaluation de la qualité, de la conformité et en l’occurrence  l’inspection, la certification et les essais ou les analyses. Outre, l’OCC est aussi dans la métrologie en se référant aux standards nationaux, régionaux et internationaux. Et pour ce travail, l’OCC a en son sein une vingtaine des départements.

Lire également :   Infrastructures : la route Kinshasa - Matadi en lambeau !

Owandi.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Inscrivez-vous à la Newsletter

vulputate, efficitur. dapibus suscipit Praesent adipiscing massa Praesent libero. dictum