Café Cacao - Economie : lancement des états généraux du secteur café et cacao en RDC

Dénommé Forum – Expo 2018, les états généraux du secteur café et cacao en République Démocratique du Congo se sont ouverts ce lundi 18 juin à Kempinski Fleuve Congo Hôtel, par le ministre d’Etat en charge de l’économie. Prenant premier la parole, le président de la FEC, Albert Yuma, a expliqué aux participants le bien fondé de cette rencontre. « La filière café et cacao étant l’une des filières agroindustrielle la plus prometteuse et attirant beaucoup d’investisseurs, la FEC a jugé utile de mettre un cadre d’échange avec le soutien du gouvernement Congolais pour relancer ce secteur qui fut autrefois pourvoyeur des devises à l’économie nationale à l’instar des mines. Relancer l’activité de ce secteur  permettra à la RDC d’accueillir des nouveaux investissements avec à la clé de milliers d’emploi », déclare Albert Yuma.

Dans son allocution, Joseph Kapika a donné le sens et l’objectif de ces assises en affirmant la volonté du gouvernement à diversifier l’économie nationale. « Le premier ministre attend beaucoup de ce forum, parce qu’il est convaincu que les recommandations qui en sortiront serviront de cadre de travail pour permettre la relance des activités dans ce secteur », a-t-il déclaré.

Pour permettre une bonne relance du secteur, le ministre d’Etat en charge de l’Economie justifie la présence et l’implication de certains partenaires clés ci-haut, en vue d’encadrer les décisions qui seront prises, pour éviter comme dans le secteur des mines la fraude qui enrichit les pays voisins de la RDC. Voilà pourquoi la présence de l’Office Congolais de Contrôle (OCC), de l’OGEFREM, du Fonds pour la Promotion de I’Industrie (FPI), du Ministère de commerce extérieur, de la Direction Générale des Impôts (DGI)… L’OCC est partenaire de ce forum entre autre pour sa capacité de certification des produits et des systèmes pour avoir mis en place une organisation conforme à la norme ISO/CEI/17065 en vue d’aider les industriels congolais à améliorer la qualité de leurs produits afin de les rendre compétitifs sur les marchés intérieur et extérieur ; aussi protéger la santé du consommateur face aux risques éventuels de la mauvaise qualité ou de la non-conformité des produits de l’industrie locale.

Ce forum permettra aux exploitants de ce secteur de se munir de tout l’arsenal juridico-administratif disponible en RDC, pour protéger leurs marchandises dans le commerce tant national qu’international. Les opérateurs de transport des marchandises par mer, fleuve, voie aérienne ou ferroviaire étant souvent victimes d’accidents graves ou mineurs de toutes natures, le ministère de l’Agriculture a, avec ses partenaires, rappelé à l’assistance le bien fondé de souscrire à une assurance.

L’Ogefrem de sa part, comme partenaire privilégié de ce forum de par son objet social, doit jouer comme rôle dans la diversification de l’économie nationale, non seulement dans la relance de la filière café et cacao à travers la production et l’exportation, mais également assurer l’accompagnement pour faire la promotion de ces produits dans le commerce extérieur. Selon le DG de l’OGEFREM, son établissement devra trouver des débouchées pour les opérateurs de ce secteur. A en croire Patient Sayiba Tambwe, plusieurs exploitations agricoles sont restées sans moyen depuis de décennie et ce forum tombe à point nommé pour que la RDC retrouve sa place d’antan parmi les grands producteurs de café et cacao en Afrique.

Après la visite des stands dressés pour la circonstance par divers partenaires et exploitants évoluant dans ce secteur, l’après midi avait été consacré aux ateliers sous forme des commissions composés de membres du gouvernement, des intermédiaires, de la FEC et des exploitants agricoles de la filière. Ils doivent faire un diagnostic du secteur qui servira au gouvernement de document de base pour la reforme attendue.

Nzakomba     

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 17
    Partages