Constant Omari - Fecofa : libre et lavé par la justice à la suite d'un faux, Constant Omari dénonce une campagne de haine et de jalousie ourdie pour saper son image

Le président de la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA), Constant Omari Selemani a dénoncé le mensonge, la haine et la jalousie de ceux qui ont tenté en vain de ternir son image. Dans un tweet ce vendredi, le deuxième vice-président de la CAF a salué la vraie justice qui l’a lavé, dans une affaire montée de toute pièce. « Mes remerciements aux autorités de notre vraie justice qui ont finalement réalisé qu’on ne peut pas porter atteinte aux responsables que nous sommes, sur base de mensonge, de haine et de jalousie », a-t-il expliqué.

Dans l’entourage du président de la Fecofa, on persiste et signe que les 1 million de dollars annoncés n’ont jamais été décaissés. Jamais alors jamais, affirme un de ses proches. Pour preuve, même les magistrats instructeurs près la Cour d’appel de Matete ont constaté que le dossier était vide.  « Absent du pays au moment des faits (élaboration des prévisions pour le match de la Tanzanie et Nigéria), des personnes mal intentionnées ont bataillé dur, sur base d’un faux, pour noyer le président de la Fecofa. Malgré tout, le président s’est assumé et a démontré que les accusations de détournement mises à la charge de son équipe étaient fausses », déclare un autre proche de Constant Omari.

Depuis que les prévisions ont été déposées le 18 février au cabinet du Ministre des sports pour les matches des Léopards A contre la Tanzanie, le Nigéria, même pour les U20 qui jouent dimanche le match retour face à la Tanzanie et les U17 qui ont terminé tout récemment deuxième au tournoi de l’Unifac au Cameroun, zéro franc n’est sorti du Trésor Public. « L’argent pour lequel le conseiller spécial Luzolo Bambi a prétendu engager des poursuites, n’est jamais sorti du Trésor public », explique un des avocats de la Fecofa qui dénonce une arrestation arbitraire.

Autre fait, de six pages interrogatoires de Luzolo, seules trois sont arrivées au parquet. Où sont parties les autres ?, s’interroge une source judiciaire qui a requis l’anonymat. Et contrairement aux rumeurs, le parquet n’a jamais saisi le passeport de Constant Omari, ni lui donner injonction de ne pas quitter le pays.

Les services de Luzolo sont mis en cause pour avoir interpellé les dirigeants du football congolais sur base du vide. Même les nouveaux éléments à charge annoncés en pompe et attribués au Ministre des sports, ne sont jamais parvenus au parquet hier jeudi. Et ce n’est pas pour la première fois que les services de Luzolo sont déboutés au niveau du Parquet pour des dossiers vides. Il en était de même pour les affaires DGRK, Urbanisme et Habitat et Zénith. Bien avant, l’ancien ministre de la justice a eu des démêlées avant l’ancien premier ministre, Augustin Matata Ponyo, à cause de faux chiffres par lui déclarés sur des prétendus coulages des recettes.  Aucun des dossiers que les services de Luzolo ont présenté devant le parquet, n’a donné des effets escomptés. On lui reproche la précipitation et le show médiatique.

Affaire 1 million de dollars : le SG aux sports, Barthélemy Okito contredit le Ministre Niango et décharge la Fecofa

Quelques heures après avoir recouvré sa liberté, Barthélemy Okito, le secrétaire général des sports a affirmé sur Top Congo que les 1 millions de dollars pour lesquels les dirigeants de la Fecofa ont été poursuivis, ne sont jamais sortis du Trésor public. Une gifle à Papy Niango. Preuve que le dossier était vide et l’action de Luzolo a été mal dirigée.

Okito reconnu pour n’avoir pas sa langue en poche, a déchargé publiquement la Fecofa contre qui le Ministre des sports a décrié les 1 millions de dollars pour l’organisation du match contre la Tanzanie. « Les 1 millions de dollars n’ont jamais été décaissés », répète-t-il.

En sa qualité de renseignant, Okito crie à son innocence et s’en prend à ceux qui ont tenté à le traîner dans la boue.

A. Mobateli

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 21
    Partages