Pero Luwara à Israël Mutombo, auteur de l’arrestation de Yves Buya : « …Comme Judas, tu ne profiteras jamais des fruits de cette traîtrise »

L’arrestation puis l’incarcération du journaliste Yves Buya de C-News depuis près de deux mois à la prison de Makala à Kinshasa, suite à la plainte de l’animateur Israël Mutombo de la télévision Bosolo, ne cesse de susciter chaque jour des réactions de la part des journalistes et autres organisations professionnelles. La plus récente est celle de Pero Luwara, ancien journaliste de Digital Congo et actuellement promoteur de la télé CPL sur Youtube, depuis son exil.

Sans faire le jeu des mots, Pero Luwara compare l’acte posé par Israël Mutombo vis-à-vis de son confrère et ami Yves Buya, à celui de Judas Iscariote utilisé pour vendre Jésus-Christ. Malheureusement, constate le journaliste Pero Luwara, le traître Judas Iscariote n’a pas su jouir de l’argent perçu. Il prévient l’animateur de télé Israël Mutombo  que le sang de son frère Yves Buya qu’il a vendu à ses ennemis, sera collé à jamais à ses mains. C’est ce qu’il écrit sans ambages sur son Twitter : «Israël Mutombo, je t’avais dit : réglons ce problème en famille. Regarde aujourd’hui, on expose nos femmes. Ndeko, tu ne devais pas donner le bâton pour qu’on tue Yves Buya. Tu auras à jamais son sang sur tes mains et comme Judas, tu ne profiteras jamais des fruits de cette traitrise ».

Ce message de Pero Luwara intervient après son choc, dit-il, de l’image qu’il a vue de la femme de Yves Buya déposant une plainte à la Commission de discipline et d’éthique de l’UNPC contre Israël Mutombo, laquelle image, martèle-t-il, l’a tourmenté toute la nuit.

En effet, l’épouse de Yves Buya est allée, mercredi 23 juin dernier, accompagnée des épouses du député provincial Mike Mukebayi et du journaliste Edmond Izuba, déposer sa plainte auprès du tribunal des pairs, contre l’animateur de télé Israël Mutombo qui a violé les textes régissant la corporation des professionnels des médias.

Cette plainte intervient après celle sans suite jusqu’alors déposée auprès de la même instance par le Rassemblement des journalistes pour l’émergence du Congo (RAJEC) il y a plus d’un mois toujours auprès de l’UNPC.  L’un de cette association, Serge Kabongo, journaliste à CCTV, a fustigé la léthargie protectrice de l’animateur Mutombo par ce tribunal des pairs. A ce sujet, il a écrit à Claude Kabulo muana Kabulo, président de la Commission de discipline et d’éthique pour dénoncer sa politique de deux poids, deux mesures : « cher confrère Kabulo, dans l’affaire Buya, il y a l’auto-saisine de la commission. Deux mois presque, il n’y a rien. Vous promettez à Buya par SMS que la plainte de son épouse sera examinée sans complaisance le lundi prochain. Ma question : qu’avez-vous fait de votre première procédure ? Hier, vous étiez sans état d’âme vis-à-vis de Cadet et Joseph Kazadi dit Jeef Kaleb. Personnellement, je n’accorde aucune chance à la démarche de l’épouse de Buya. Mais vous, dites-vous que vous venez par votre commission de créer un précédent fâcheux à l’union. L’éclatement de votre commission de discipline c’est pour demain. Osez encore de convoquer et sanctionner un journaliste…nous allons voir. J’ai dit et le Comité directeur me lit en copie. Je m’assume ».

Il faut ici rappeler que pour les journalistes cités par Serge Kabongo, notamment Joël Cadet Ndanga d’Impact news et Jeef Kaleb d’Actu7.cd, la commission de disciple de l’UNPC s’était montrée très sévère. Mais on ne comprend pas pour le cas d’Israël Mutombo que cette commission traine les pas. Ce qui fait faire dire au RAJEC et même à Pero Luwara qu’il y a une main noire politique derrière ce dossier qui donnerait des ordres même à la Commission de discipline de l’UNPC. Non sans raison, le rejet par trois de la demande de liberté provisoire introduite par les avocats de Yves Buya fait croire à cette thèse, surtout qu’outre les imputations dommageables envers Israël Mutombo reprochées à Yves Buya, les juges lui ont ajouté l’infraction d’offense au chef de l’Etat.

Convoqué, écrit le journaliste Edmond Izuba, membre du RAJEC, Israël Mutombo fuit toujours la Commission de discipline de l’UNPC, prétextant qu’il est malade. Mais, s’étonne Edmond Izuba, le président de cette commission Kabulo muana Kabulo, semble ne pas savoir que Mutombo a le temps et les énergies pour présenter personnellement son émission. Pathétique !

De son côté, Scooprdc.net et son directeur général qui soutiennent totalement Yves Buya dans cette dure épreuve d’emprisonnement,  croient fermement que quelle que soit la longueur de la nuit, le soleil apparaitra. Toute chose ayant un début et une fin, le décompte de la peine a déjà commencé il y a près de deux mois.  

  • banniere buala

À ne pas rater

À la une