Rencontre entre Mgr Fulgence Muteba et Pasteur Ngoy Mulunda à la prison de Lubumbashi : Que se sont-ils dit ?

daniel ngoy mulunda et mgr fulgence muteba

Dimanche 18 juillet 2021, monseigneur Fulgence Muteba était à la prison de Lubumbashi où il a dit une messe. Dans cette maison carcérale, vivent depuis 11 mois au moins 856  prisonniers, hommes et femmes identifiés comme des présumés sécessionnistes Kata-Katanga. D’après un contact de scooprdc.net dans la capitale cuprifère, sans être jugés et dans les conditions d’emprisonnement inhumaines, beaucoup de détenus meurent de faim et des maladies. Certains opposants au pouvoir de Kinshasa comme le pasteur Ngoy Mulunda, ancien président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), y sont aussi incarcérés.

Daniel Ngoy Mulunda a été condamné à  trois ans de prison ferme  pour propagation des faux bruits et  incitation à la haine tribale. Le procès qui avait abouti à ce jugement s’était déroulé nuitamment. Ce qu’avaient dénoncé certaines ONG de droits de l’homme, estimant que les lois du pays  avaient été violées en la matière. 

Après la célébration de sa messe, monseigneur Fulgence Muteba, président national de la Commission Justice et Paix de l’Eglise Catholique en RDC et archevêque métropolitain de Lubumbashi s’est entretenu en aparté, toujours d’après le contact de Scooprdc.net à Lubumbashi, pendant une demi heure, avec le pasteur Daniel Ngoy Mulumba. Que se sont-ils dit ? Là, le contact du média en ligne ne sait pas en dire trop. Mais toujours est-il que le prélat catholique, dans une interview accordée aux journalistes, a déploré la situation catastrophique de la prison de Lubumbashi et a invité le gouvernement congolais, mieux le régime Tshisekedi au strict respect des lois du pays.

«Il y a beaucoup de gens qui sont en prison injustement, et beaucoup de gens qui sont en prison sans être jugés ou parfois pour des faits banals. Alors il est important que les gouvernants puissent rendre une justice qui soit réellement juste. Et puis qu’ils puissent également améliorer les conditions de détention, conditions de vie de détenus. Oui, j’ai parlé avec un prisonnier qui se trouvait être le pasteur Mulunda, c’était une façon pour moi de lui manifester ma sympathie et puis ma compassion et l’encourager à aller jusqu’au bout pour que justice soit rendue, que le verdict soit un verdict qui soit conforme au droit et qu’on puisse respecter justement ses droits et que tout le monde puisse se sentir soulagé par une justice qui grandit la nation. Attirer l’attention de tous ceux qui gèrent les prisons, de tous ceux qui envoient les gens en prison, c’est pour moi une obligation pastorale…», a-t-il déclaré à la presse.

Mais que peut cacher leur causerie d’au moins trente minutes à deux ? Ont-ils parler de la «katangalité» ? Ont-ils critiqué sévèrement le régime en place ? Ont-ils fustigé la «Congolité» ? Mystère ! Et tout cas dans trente minutes, tout de  ceci peut être dit. Cependant, le moindre que l’on puisse dire, selon certaines informations données à Scooprdc.net est qu’après le désamour entre Joseph Kabila et Moïse Katumbi, c’est le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, proche de l’ancien président de la République, qui démarcherait auprès du prélat catholique proche de l’ancien gouverneur du Katanga, pour que les deux se réconcilient et conjuguent les efforts ensemble dans les perspectives de prochaines élections. Ngoy Mulunda regretterait toujours que le Katanga ait perdu le pouvoir à cause du mauvais entourage katangais autour de Joseph Kabila qui l’aurait éloigné de Moïse Katumbi, alors que celui-ci méritait bien d’être le dauphin du Raïs en 2018 après ses deux mandats à la tête du pays.