CISNA : L’ARCA de la RDC prend la vice-présidence !

arca 5

C’est depuis le 27 mai dernier que la RDC à travers l’Autorité de Régulation et de Contrôle des Assurances (ARCA), occupe la vice-présidence du Comité des Autorités de l’Assurance, des valeurs mobilières et des services financiers non-bancaires des Etats membres de la SADC (CISNA), ce, grâce à l’efficacité de la diplomatie congolaise orchestrée par le chef de l’État Félix Tshisekedi. C’est en vue de contribuer significativement au renforcement du dispositif de lutte contre l’évasion des primes d’assurances dans les secteurs qui sous-tendent l’économie nationale tels que les mines, les hydrocarbures, le transport, les télécoms et la santé dont beaucoup d’acteurs sont actifs au sein de la SADC, conformément au programme du gouvernement d’union nationale, piloté par Jean Michel Sama Lukonde.

Jeune institution en charge du pilotage du processus de libéralisation du secteur des assurances en RDC, l’ARCA est l’un des derniers marchés libéralisés et des plus stratégique qui a su faire ses preuves grâce à son management dynamique pour être partie prenante de cette plateforme de la finance au sein de la SADC; qui elle-même est créée en 1998 sous le Protocole sur le Commerce, l’Industrie, la Finance et l’Investissement de la SADC.  Elle a pour objectif, d’harmoniser autant que possible les procédures, textes de loi des institutions financières non-bancaires ; de promouvoir les marchés respectifs des pays membres et de renforcer l’inclusion financière au sein de la zone SADC forte de ses 15 pays membres. 

S’il est vrai que la diplomatie congolaise a joué un grand rôle lors de ces assises du 27 mai par téléconférence qui ressemblaient les institutions de 15 pays membres du CISNA, il ressort des échanges effectués entre membres, la reconnaissance et le dynamisme de l’équipe dirigeante de l’ARCA qui, après la libéralisation du secteur des assurances en RDC, a doté le pays d’un cadre juridique qui a amené et amène encore des investissements dans ce secteur autrefois monopolisé. C’est ici l’occasion de reconnaître le management de l’ARCA qui est sur  plusieurs  front à savoir la lutte contre l’évasion de primes d’assurances, sur l’image, les mines, le pétrole, le télécoms et tant d’autres secteurs porteurs de l’économie congolaise. Aussi, l’ARCA se positionne par son activité pour influer positivement sur le marché  de la RDC et de l’Afrique afin que ce marché congolais qui suscite tant d’espoir,  devienne parmi les 5 de références en Afrique dans les 5 à 10 prochaines années, rassure t-on du côté congolais.

Le CISNA réunit les autorités des secteurs financiers non-bancaires des pays ressortissants de la zone SADC, à savoir, le régulateur des assurances, les marchés des capitaux, les fonds de pension, les placements collectifs et les intermédiaires. Elle reporte au Comité des Ministres des Finances et Investissements au travers du Comité des Hauts Fonctionnaires du Trésor. (Ndlr : Commette for Senior Treasury Officials). Le Comité a également pour mission de promouvoir la stabilité financière en défendant de manière efficace et efficiente un processus de collaboration, d’engagement et de coordination entre les régulateurs d’institutions financières non-bancaires et autres parties prenantes, dont la RDC.

C’est au côté du régulateur de la Namibie, qui occupera le siège de la Présidence, et de l’Île Maurice en tant que  Secrétariat Général du CISNA, que l’ARCA portera haut l’étendard de la RDC pour un mandat de 2 ans, suivant le chemin balisé par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi Président de la RDC et Président en exercice de l’Union Africaine.  

C’est une haute reconnaissance de la valeur de cette jeune institution congolaise par ses homologues régulateurs, ainsi que de l’importance que représente le développement du marché des assurances de la RDC , nouvellement libéralisé pour la stabilité économique des pays de la SADC et dans le développement de leur marché financiers prouve à suffisance, la montée en puissance des équipes du régulateur congolais au sein de ce grand marché sous-régional composé de l’Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe, Malawi, l’Île Maurice, Mozambique, Namibie, les Seychelles, l’Angola, le Botswana, le Lesotho, Madagascar et la RDC.

Pour rappel, le ministre congolais des finances Nicolas Kazadi, a rappelé le 23 juin dernier à l’intention de tous les agents économiques l’importance de respecter l’article 286 de la loi n° 15/005 du 17 Mars 2015 sur l’exclusivité de payer sa police d’assurance en RDC pour toute personne ou engin en activité dans le territoire national congolais.