Gouvernement de l’USN : Tonton Sama, vous avez dit réduire le train de vie des institutions ?

Dans son discours d’investiture, le lundi 26 avril devant la représentation nationale, le nouveau premier ministre de la RDC, Jean-Michel Sama Lukonde, a promis aux Congolais qu’il devra parmi ses priorités au nom de la solidarité nationale, réduire le train de vie des institutions entre autres. Du coup, très sceptiques comme Saint Thomas, d’aucuns se sont demandés comment cela se fera t-il d’autant plus qu’il n’est pas le premier à faire cette promesse.

Pour la majorité de Congolais, il s’agit là simplement d’une volonté exprimée à inscrire sur la longue liste de promesses faites par les chefs des gouvernements qui se sont succédé depuis Joseph Kabila, mieux à considérer comme un chapelet de bonnes intentions. Non sans raison, tonton Sama a parlé devant l’Assemblée nationale, elle-même l’une des institutions budgétivores de la République Démocratique du Congo. Si dans un passé pas lointain, les députés nationaux ont menacé l’un de leurs collègues qui avait osé proposer la réduction de leurs émoluments, il  suffit d’observer comment ils mènent les plénières au sujet de leur paie : toujours à huit-clos. En plus d’un salaire à 7 chiffres parfois 8 chiffres, ils ont ce qu’ils appellent des «invisibles», tout ceci dans un pays qui compte près de 80 millions d’habitants avec un budget d’à peine 5 milliards USD.

La présidence de la République, n’en parlons pas. Depuis avènement de Félix-Antoine Tshisekedi, l’on se plaint chaque mois du dépassement budgétaire. Elle est tellement budgétivore avec une pléthore du personnel venu à plus de 60% de la diaspora et qui parfois tourne le pouce. La Primature de Sylvestre Ilunkamba bien qu’ayant un nombre réduit des Conseillers comparativement à celle de son prédécesseur Bruno Tshibala, n’a pas dérobé à cette triste réalité de dépassements. L’enveloppe la plus misérable c’est celle consacrée à la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Celle-ci ne connaît nullement le dépassement budgétaire déploré.  

Tonton Sama devra savoir que réduire le train de vie des institutions commence d’abord par le courage de proposer une loi fixant le barème salarial pour tous et connu de tous sans tabou dans la mesure des moyens de l’État. La la quotité que chaque institution de la République devra être respecter dans les dépenses publiques. Éviter les dépenses imprévues, épargner pour les catastrophes naturelles, pandémies ou épidémies. Ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir ?

La jeunesse du premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde devra faire la différence dans la gestion, car l’âge qu’il a, est celui de l’audace et de prise de risque. A cet effet, il serait souhaitable comme promis dans son discours que la Banque centrale soit restructurée et que les dépenses de chaque institution soient publiées obligatoirement. Que l’Inspection Générale des Finances (IGF) contrôle les dépenses des institutions et que ces résultats soient publiés. Les Congolais sont en droit de savoir comment les politiciens utilisent leur argent.

Au delà des discours déjà entendus qui rabâchent les oreilles des Congolais, si le premier ministre veut commencer la transformation de la RDC, il n’a qu’à mettre de la rigueur, et qu’il soit débarrassé de toute pesanteur et étiquette liée à la famille, à la tribu ou l’appartenance politique. Il doit prouver sa technocratie en tant chef des «warriors» comme il a dénommé son équipe.

À ne pas rater

À la une