Extradition de Willy Bakonga : l’homme verbalisé à la DGM !

Contrairement à ce qui avait été annoncé hier mardi 27 avril sur Willy Bakonga, le fuyard est plutôt arrivé ce soir de mercredi 28 avril à Kinshasa, extradé par les autorités de Congo-Brazzaville. Pour éviter la curiosité des Kinois au beach Ngobila trop fréquenté, les services qui l’ont récupéré, sont passé avec lui, selon nos sources de la DGM, par le port de Sicotra. Et pendant que scooprdc.net met en musique ces lignes, l’homme est entrain d’être interrogé à la Direction Générale des Migrations (DGM).

En effet, pour s’être extirpé de la procédure judiciaire enclenchée contre lui et avoir pris la poudre d’escampette clandestinement par Brazzaville, le service des Migrations l’interroge, avant de le transférer au parquet général près la Cour de cassation. Question pour la DGM de savoir par quel mécanisme et par quel tuyau il est parvenu à traverser le fleuve nuitamment avec son fils.

D’après la source du média en ligne, Willy Bakonga aurait aggravé sa situation. Tenez, non seulement que le patron des écoles Madame de Sévigné est poursuivi pour détournement de fonds alloués à la gratuité de l’enseignement, mais il a dans sa fuite commis d’autres infractions à savoir faux en écriture, faux et usage des faux et puis, usurpation de la nationalité.

L’on apprend par ailleurs que l’americano-congolais de Boende risque d’être jugé en procédure de flagrance, étant donné qu’il a motu proprio abusé de la confiance lui accordée par le procureur, lorsque son avocat avait sollicité un report de sa comparution, pour de raisons qui apparaissent aujourd’hui fallacieuses.

Dans les jours qui viennent, la RDC tout entière sera figée sur ce qu’il adviendra de cet homme qui, s’il faut paraphraser le Maréchal Mobutu dans l’affaire Air-Zaïre contre Japan-Airlines : « mbongo oyo ayibi, okoki kopesa moto mayi na miso » pour dire que : l’argent volé par ce monsieur, peut faire couler de larmes à quelqu’un.

À ne pas rater

À la une