Investiture du Gouvernement Sama : Feu vert aux « guerriers », mais défi du FCC à Fatshi

Depuis 2007 que le Zaïre d’après Mobutu a renoué avec le régime des premiers ministres, jamais un gouvernement n’a été investi le même jour de la présentation de son programme d’action avec une célérité exceptionnelle telle que celle observée ce lundi 26 avril avec celui de Jean-Michel Sama Lukonde.  

En effet, après une longue déclinaison par le premier ministre des priorités ainsi que des axes de son programme, les députés nationaux qui s’étaient inscrits à plus d’une centaine pour le débat, ont dû écourter celui-ci après 7 interventions seulement pour passer vite à l’investiture. Sur 412 présents dans la salle des congrès, toutes tendances confondues, 410 ont approuvé ce programme, aucun député contre, deux se sont abstenus. 

L’équipe des « warriors », mieux des « guerriers » comme son capitaine veut bien l’appeler a eu ainsi facilement le feu vert de la représentation nationale pour se mettre au travail. Dès ce mardi 27 avril, certaines remises-reprises peuvent déjà s’opérer dans certains ministères. Dans ceux où les ministres ont été reconduits, ces derniers cessent le régime de l’expédition des affaires courantes et reprennent l’effectivité du pouvoir.

S’il est vrai que les députés nationaux n’ont pas voulu bloquer l’investiture de ce gouvernement Sama Lukonde au regard des urgences auxquelles le pays est confronté, il est aussi vrai que l’approbation de ce gouvernement par les députés du Front Commun pour le Congo (FCC), est un message fort de défi lancé au président Félix-Antoine Tshisekedi. Ce dernier qui s’était toujours plaint du blocage de son action, à maintenant les mains très libres avec un gouvernement voulu de lui. Kabila et ses lieutenants ne bloquent plus rien. Donc, aucune excuse pour Fatshi, le temps de grâce étant largement dépassé.

La volonté affichée du jeune premier ministre à déplacer les montagnes est certes rassurante, mais seulement avec le budget de 5 milliards lui alloué, il lui faudra se transformer en Jésus-Christ pour multiplier 5 pains et  2 poissons en vue de nourrir la multitude de Congolais. Ce qui n’est pas évident. Mais du moins Sama Lukonde pourra baliser le chemin et poser les jalons par une réforme fiscale susceptible de boucher le coulage des recettes de l’Etat. Tache que ne peut lui faciliter que l’Inspection générale des finances (IGF) et la justice. Mais tout ça c’est quasi humainement impossible dans deux ans.

À ne pas rater

À la une