Dossier détournements à l’EPST : la justice jongle déjà et fait des combines pour sauver Willy Bakonga !

Alors que l’Inspecteur général de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) et le directeur national du Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (SECOPE) croupissent en dans la prison de Makala, condamné au premier degré à 20 ans de servitude pénale, Scooprdc.net apprend ce dimanche pascal que le parquet près la Cour de cassation négocierait avec l’Inspection Générale des Finances pour classer ce dossier de détournements à l’EPST qui a coulé beaucoup d’encres et de salives. Tout ceci en vue d’abandonner les poursuites contre le ministre d’Etat et ministre de l’EPST, cité dans cette affaire.

Pour ce faire, une grosse enveloppe des gros billets verts serait mise en jeu. Or, lors du procès, le ministère public avait prévenu que le dossier qui l’opposait à Michel Djamba et Delphin Kampayi n’était que le prélude d’un long procès parce que la période couverte pour ce premier dossier était d’avant l’avènement de Willy Bakonga à la tête de ce ministère, c’est-à-dire avant septembre 2019. Et l’organe de la loi de marteler qu’un autre procès d’avec Willy Bakonga, concernant un montant plus important que celui incriminé au duo Djamba-Kampayi, devait intervenir.

Ce qui fait maintenant que le parquet près la Cour de cassation cherche à sortir un «diable» du bénitier pour le présenter comme un ange. Si l’incriminé se sente innocent, il n’a qu’à affronter le procès et prouver son innocence devant tous les Congolais qui ont le regard fixé sur la Cour de cassation, instance constitutionnellement habileté à juger un membre du gouvernement.

C’est ici l’occasion d’alerter le président de la République, lui qui veut que la justice élève la nation et prône un Etat de droit pour que l’instruction du dossier des personnes soupçonnées saboter la gratuité de l’enseignement, aille jusqu’au bout. La justice ne doit pas être à deux vitesses, elle doit l’être pour tous, y compris les dirigeants fautifs.

À ne pas rater

À la une