La chute de Jean Maweja : voici la goutte d’eau qui a fait déborder le vase !

Le Gouverneur du Kasaï Oriental, Jean Maweja Muteba croyait bien faire, lorsqu’il refusa sans autre forme de procès de passer devant l’organe délibérant de sa province à l’issue d’une question orale initiée par quelques députés provinciaux au sujet du soutien financier de la Société Anui Congo d’Investissement Minier (SACIM). Estimée à 1 million USD par an , cette aide financière de la SACIM était destinée à l’appui au développement de son milieu d’implantation. Ayant constaté que son aide  ne contribuait pas à l’objet de sa destinée, la SACIM aurait vendu la mèche aux députés provinciaux, qui auraient appris que depuis 2019, la société avait versé régulièrement le montant convenu auprès de la province. Les députés ont été scandalisés de l’apprendre. Mais le Gouverneur, sûr de son gros parapluie au parti, a fait fi de la préoccupation des élus du peuple. Comme ça sentait déjà mauvais, il fera mention de l’aide au développement de la part de la SACIM de l’ordre de 3 millions USD dans le budget 2021. La question orale avait pour but de fixer les députés sur certaines préoccupations bien légitimes notamment :

1. Le gouverneur a-t-il reçu de la SACIM les 3  millions USD à l’issue du triennal 2019-2020-2021, ou bien il avait perçu chaque année le montant de 1 million USD convenu avec la SACIM ?

2. Si le montant de 1 millions USD a été perçu chaque année, pourquoi le budget précédent n’en faisait pas mention?

3. Pourquoi la province, possesseuse de 3 millions USD venus de la SACIM n’a pas posé un seul acte de développement sur terrain ?

À la place de venir présenter ses  moyens de défense, le gouverneur Jean Maweja avait préféré la politique de chaise vide, comptant sur ses parapluies de Kinshasa, lesquels avaient contribué au gel de la motion de déchéance initiée contre  lui depuis décembre 2020. Humiliés, les élus du peuple ont aligné l’examen  par la plénière de la motion qui l’a déchu à 13 voix contre 17 jeudi 1er avril dernier à l’issue de la session de mars 2021. 

D’après les informations parvenues à la rédaction de scooprdc.net, Jean Maweja ne s’avoue pas vaincu, car ayant sollicité huit jours pour préparer sa défense, le temps lui refusé par les députés qui ont estimé que le gouverneur en avait eu assez, et qu’il avait abusé de leur patience, il a annoncé à travers son chargé de communication qu’il saisira le Conseil d’État. Pour gâcher la fête des UDPSiens, contents de voir leur vœu de le voir tombé  s’accomplir, l’homme aurait déployé les policiers au siège de l’UDPS de Mwa Luse, afin d’empêcher tout accès, imitant au geste son prédécesseur Ngoyi Kasanji qu’il ne ménageait jamais en son temps.

La  prière des UDPSiens est désormais celle de voir Gilbert  Kankonde, soupçonné d’être l’un des parapluies de Jean Maweja ne pas rééditer son exploit du Kongo central dans le dossier Atou Matubuana. Car l’avenir de l’UDPS au Kasaï Oriental en dépend.

À ne pas rater

À la une