François Nzekuye à Scooprdc.net : «Je tiens à vous informer que je n’ai aucun problème avec l’honorable Mwilanya, qui a été coordonnateur de notre famille politique»

A l’article de scooprdc.net : «FCC: Pourquoi François Nzekuye en veut-il à Néhémie Mwilanya ?», le député indexé à réagi dans un droit de réponse envoyé à la rédaction du média en ligne. L’élu national de Rutshuru déclare qu’il n’a rien contre l’ancien coordonnateur du FCC et estime que ce dernier mérite respect et considération autant que tous ses prédécesseurs Aubin Minaku,  Koyagialo, Philippe Futa ou Katumba Mwanke, les trois derniers cités d’heureuses mémoire. Ci-dessous son droit qui sera suivi d’une petite note de la rédaction (NDLR).

Droit de réponse à votre article intitulé : François Nzekuye en veut-il à Néhémie Mwilanya.

Dans votre article précité, vous affirmez ce qui suit :  » Selon les investigations de scooprdc.net, c’est le message de Néhémie Mwilanya dans le groupe WhatsApp du FCC à travers lequel, il informait ses camarades avant le communiqué de Raymond Tshibanda, de la décision de l’autorité morale du FCC d’interdire les membres de prendre part au gouvernement Sama Lukonde, que François Nzekuye a extériorisé son animosité qu’il ruminait envers l’ancien coordonnateur du FCC et ancien directeur de cabinet du président Joseph Kabila ».  

A ces propos désobligeants et mensongers,   je tiens à vous informer que je n’ai aucun problème avec l’honorable Mwilanya, qui a été coordonnateur de notre famille politique. Il mérite respect et considération autant que tous ses prédécesseurs Aubin Minaku,  Koyagialo, Philippe Futa ou Katumba Mwanke, les trois derniers cités d’heureuses mémoire.

Dans l’exercice normal des questions et réponses avec le très professionnel journaliste de Top Congo,  Éric Ambago, qui m’a demandé à quel titre Raymond Tshibanda a signé le communiqué officiel du FCC. Je tiens à répéter à l’intention de votre journal en ligne et de l’opinion tant nationale qu’internationale, ce que j’ai affirmé en connaissance des causes :  Raymond Tshibanda, en sa qualité de Président de la Cellule de crise, est la seule personne qui engage  notre famille politique en dehors de notre autorité morale. Ceci est non seulement l’expression de la vérité, mais aussi n’est pas un acte constitutif de la haine vis-à-vis de qui que ce soit  et particulièrement vis-à-vis l’honorable Néhemie Mwilanya.

 Une nouvelle Coordination nationale de notre famille politique va être mis en place dans les jours qui viennent.

Au sein du FCC, les membres restés fidèles sont unis et n’acceptent pas des allégations mensongères tendant à démontrer le contraire.  Affirmer que l’honorable Néhemie Mwilanya n’engage plus le FCC, en réponse à la question précise du journaliste précité, ne signifie en rien avoir une animosité vis-à-vis de lui.  Pour ceux qui me connaissent,  ils savent que les sentiments que vous me collez sont très loin de mon éducation et de mon tempérament.

L’honorable Néhemie Mwilanya et moi-même, sommes en bon termes, et  comme des dizaines de  millions des congolais,  restons loyaux à notre famille politique et à notre autorité morale, Joseph Kabila Kabange, père de l’alternance démocratique en RDC.

J’espère enfin que vous éviterez de récidiver avec des écrits de nature à saper l’honneur de ma famille politique, le FCC ;  mon honneur et ma réputation.

Honorable François Nzekuye.

NDLR : La rédaction de Scooprdc.net prie l’honorable François Nzekuye de consulter le site web de Top Congo, il constatera que que ses propos repris par scooprdc.net ont été intégralement et fidèlement tirés de là. Quant au reproche lui fait et le conseil lui donné, de ce qu’il a considéré comme l’usurpation de pouvoir par Néhémie qu’il a cité nommément dans ses propos repris par notre média en ligne sur le site de Top Congo ; cet acte de Néhémie a été posé dans un groupe interne du FCC et qu’il a fallu régler cette «usurpation» de pouvoir à l’interne. Du reste, Scooprdc.net et son DG ont toujours beaucoup de considérations envers ce député national, élu de Rutshuru.

À ne pas rater

À la une