La créance du FPI niée par Kin-Kiey Mulumba : Quand la TMB fournit des preuves des virements dans son compte

Le patron du célèbre journal «Le Soft» a du mal de s’en sortir du dossier judiciaire qui l’accable, l’opposant au Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) déjà plus de trois ans. Après avoir contracté une dette auprès de cette institution financière de l’Etat en 2009, Tryphon Kin-Kiey Mulumba a toujours nié n’avoir jamais reçu cet argent pourtant versé dans son compte à la Trust Merchant Bank (TMB) et a toujours exigé que la banque lui produise les preuves.

Dans un document de la TMB du 25 mars dernier pour éclairer la lanterne de la justice intercepté par Scooprdc.net, il est fait mention de tous les mouvements de virements des fonds dans son compte en provenance des comptes du FPI en les livres de la BCDC SA, de la Rawbank SA, de la FBN Bank ex-BIC, de la BIAC et de la TMB SA.

Ces mouvements, selon le document, se sont effectués cinq fois. Primo, le 28 octobre 2009 pour un montant de 49 millions CDF ; secundo, le 28 octobre 2009 pour 130 millions CDF ; tertio, le 29 octobre 2009 pour 80 millions CDF ; quarto le 30 octobre pour 48.898.700 CDF ; et quinto le 4 novembre 2009 pour 60 millions CDF, soit un total de 367.898.700 CDF, représentant à l’époque 444.324,13 USD. Toutes ces sommes avaient atterri dans son compte n° 1201-0036601-31, indique le document en possession de Scooprdc.net.

Ces preuves qui viennent de s’ajouter à d’autres déjà brandies aux juges, clouent davantage l’ancien kabiliste de «Kabila, naino totondi yo te» et «Kabila Désir» et le tout dernier ministre de l’information de Mobutu, devenu fatshiste sur qui pèse la menace de saisie de sa ville de l’UPN au cas il ne payait pas la dette contractée au plus tard le 5 avril prochain. Un comportement d’insolvabilité pas du tout bon, surtout pour quelqu’un qui veut à tout prix être dans le gouvernement, mais qui doit plus d’un demi-million à l’Etat.

À ne pas rater

À la une