RDC – Politique : Mapon claque la porte du PPRD !

L’ancien premier ministre, Matata Ponyo Mapon, a déposé sa démission au Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) pour des raisons de convenance personnelle. Il l’a annoncé sur son Twitter.

«Pour des raisons de convenance personnelle, j’ai déposé ma démission au PPRD et FCC. Je remercie SEM le Président honoraire Joseph Kabila Kabange pour m’avoir permis d’œuvrer pendant près de 12 ans au sein du PPRD et d’occuper des fonctions de ministre des finances et de Premier ministre”, peut-on lire sur son Twitter.

Contacté par Scooprdc.net, Flory Nzantoto, proche du sénateur Mapon (Matata Ponyo), a confirmé l’authenticité du tweet et par là celle de la démission de l’ancien premier ministre de l’ancien parti présidentiel.  

Peut-on par cette démission déduire que  le sénateur Matata Ponyo a tourné aussi le dos à Joseph Kabila ? Difficile de le confirmer d’autant plus qu’il est difficile d’associer ou de dissocier réellement la personne de Joseph Kabila avec PPRD. Non sans raison, bien qu’il en soit autorité morale selon les ténors de ce parti, Joseph Kabila ne s’est jamais déclaré à la tête de ce parti, ni ne s’est jamais mis devant ses militants pour leur parler, ou pour un meeting.

Mais ce qui est vrai, Augustin Matata était le mal aimé au sein du PPRD. Et c’est lui-même qui l’a déclaré. En effet, lors de sa récente conférence de presse tenue à l’hôtel Memling, le 12 février 2021, pour se défendre contre les allégations de détournements portées contre lui par l’Inspecteur général de finances, Matata Ponyo n’est pas allé par le dos de la cuillère pour accuser l’IGF Jules Alingete, d’être à la solde de ses détracteurs, de mener une démarche politique et politicienne téléguidée par des mains noires au sein de son propre parti politique le PPRD, mais aussi au sein du FCC, qui l’ont combattu depuis qu’il était devenu premier ministre. Donc, il était déjà beaucoup malaisé.

Va-t-il adhérer à l’Union sacrée de la nation ? Pas impossible bien qu’il n’ait pas encore fait une déclaration sur sa nouvelle marche politique. Tout de même, il reste sénateur et ne perd pas son mandat parce qu’il avait postulé en candidat indépendant.

À ne pas rater

À la une