Meurtre du diplomate italien : Pourquoi Luca Attanasio s’était-il rendu en catimini au Kivu ?

Chaque jour qui passe, apporte des révélations sur le meurtre de l’ambassadeur italien en RDC  près de Goma. La dernière en date c’est celle faite ce samedi 27 février par la Direction nationale du protocole d’Etat qui coupe court et met fin à la responsabilité que l’on mettait abusivement sur le dos de la RDC dans ce drame.

En effet, dans une mise au point, la Direction nationale du protocole d’Etat reconnaît qu’effectivement en date du 15 février 2021, l’Ambassade d’Italie à Kinshasa avait déposé la note verbale  pour solliciter l’accès de l’ambassadeur et sa suite au salon diplomatique de l’aéroport de N’djili qui se rendaient à Goma et Bukavu, du 19 au 24 février 2021 avec comme motif de voyage : visite à la communauté italienne dans les deux villes.

La mise au point précise qu’à la même date, l’ambassadeur a rendu visite au directeur du protocole pour décommander le voyage et lui a promis d’envoyer une autre note verbale annulant la première. Chose qui n’a jamais été faite. A sa grande surprise, Banza Katumwe, directeur national du protocole entendra et lira dans les réseaux sociaux la mort de l’ambassadeur non pas à Goma, mais sur la route vers Rutshuru alors qu’à l’aéroport international de N’djili il n’était pas passé par le salon diplomatique sollicité.

Questions : pourquoi l’ambassadeur Luca Attanasio s’était-il rendu au Kivu en catimini ? Pourquoi avait-il déjoué la vigilance des autorités congolaises ? La communauté italienne n’était plus à Goma mais à Rutshuru ? Pourquoi n’avait-il pas sollicité la protection des casques bleus de la Monusco ou les véhicules blindés prévus pour ce type de personnalité ? Toutes ces questions mènent à une réponse : l’ambassadeur italien avait une mission louche dénudée de toute approche de la diplomatie dans le Rutshuru, en complicité avec le Programme Mondial Alimentaire (PAM) dont le siège se trouve à Rome, capitale italienne.

D’après certaines sources de la Monusco, il n’avait pas pris un avion Monusco mais plutôt un avion humanitaire des Nations unies (UNHAS) et aurait utilisé pour voyager, l’identité d’un agent PAM en vue de passer inaperçu. Mais pourquoi contourner encore ces dispositifs de la Monusco pour se camoufler ? La personne mieux indiquée pour répondre correctement à cette préoccupation, c’est la femme du diplomate assassiné  qui a lâché naïvement sans s’en rendre compte que son mari a été trahi par un proche de la famille. Trahi en quoi et pourquoi ? Qui est ce proche de la famille qui a vendu la mèche ? Et pour quel objectif ?

 Voilà la vraie piste qui pourra conduire à l’éclatement de la vérité. Mais ce qui est vrai pour l’instant, la mort confusionniste de Luca Attanasio est un châtiment divin qui a mis à nu les activités nuisibles des Occidentaux dans l’Est de la RDC, lesquelles fauchent quotidiennement la vie des dizaines  des Congolais. Sa mort, soutiennent beaucoup, c’est la justice rendue de l’Eternel Dieu.

À ne pas rater

À la une