Présidence du sénat : le grand Équateur l’attend fermement !

Dans la configuration géopolitique, trois institutions de la République Démocratique du Congo sont déjà bien servies. En effet, la présidence de la République est tenue par l’espace lubaphone (Félix Tshisekedi) tandis que le Gouvernement et l’Assemblée nationale sont dirigés respectivement par les personnes de l’espace swahiliphone (Premier ministre Sama Lukonde) et kongophone (Christophe Mboso). Il ne reste pour faire complet que l’espace lingalaphone.

Voilà qui pousse analystes et observateurs politiques d’estimer que logiquement le sénat devrait revenir au grand Équateur dans son ancienne configuration. Bien que les ambitions des uns et des autres dans cet espace composé de l’Equateur, Nord et Sud-Ubangui, Tshuapa, sont manifestées, mais le dévolu semble être jeté sur le sénateur Guy Loando de la Tshuapa.

Selon les témoignages recueillis par scooprdc.net auprès de plusieurs notables du grand Équateur, le jeune sénateur mérite mieux à ce poste. Moins conflictuel, rassembleur et véritable agent de développement, l’avocat d’affaires dont la jeunesse exemptée de toutes les polémiques politiques régionales joue en sa faveur, pourrait imprimer des empreintes politiquement managériales susceptibles de marquer l’histoire.

Seulement, l’équation ne lui semble pas facile du fait que dans la course à cette présidence du sénat, le nom de Modeste Bahati est cité. Surnommé « vieux Maradona », ce dernier a toujours su bien jouer sa carte politique. Seulement, le critère de géopolitique par rapport à d’autres institutions déjà occupées n’est pas en sa faveur. Mais la politique n’étant pas de la mathématique, les donnes peuvent changer même en dernière minute et ça sera ainsi la surprise.

À ne pas rater

À la une