Nomination du premier ministre : une ordonnance signée un jour férié !

Le porte-parole du chef de l’État, Félix Tshisekedi, a lu ce lundi 15 février en début d’après-midi, l’ordonnance présidentielle nommant Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge premier ministre, en remplacement du septuagénaire Sylvestre Ilunkamba.

S’il est vrai que les congolais attendaient cette nomination pour voir enfin une lueur d’espoir pour le futur de la gouvernance de la RDC, mais la mauvaise note dans cette ordonnance reste sa signature apposée un dimanche, soit le 14 février censé être un jour férié d’après la législation congolaise en matière de travail.

Scooprdc.net a tenté de joindre quelques conseillers de la Présidence de la république pour en savoir plus, mais aucun d’entre eux n’a pu être disponible. Du côté de chevronnés de l’administration publique, l’on affirme qu’aucune excuse n’est acceptable, car il est non seulement de notoriété publique, mais aussi de droit qu’en RDC, que l’administration publique voire privée ne fonctionne pas le dimanche. Alors pourquoi faire signer au chef de l’État un document aussi important un dimanche ? Pire encore, de toute la chaîne du cabinet présidentiel jusqu’au lecteur de l’ordonnance à la télévision nationale personne n’a vu que cette date poserait problème ! Et pourquoi ne pas utiliser la formule : « …cette ordonnance entre en vigueur à la date de sa signature… » !

Cette erreur, puisqu’il en est une, semble faire croire qu’il y aurait encore de castes à la  Présidence autour du chef de l’État, car il est impensable que cette pléthore de conseillers et autres n’ait pu remarquer ce imbroglio.

Toutefois, le premier ministre nommé est un contemporain du président Français Emmanuel Macron, car né la même année que ce dernier en 1977, le 4 août à Paris. Ingénieur de formation, il est diplômé en 1996 en chimie industrielle et en informatique en 2000. Il fait la métallurgie en 2006 à l’Université de Lubumbashi. Depuis le 3 juin 2020, il avait été nommé Directeur Général de la Gécamines, après qu’il a démissionné en 2015 de son poste de ministre des sports, contestant avec le G7 l’éventuel troisième mandat de Joseph Kabila.

À ne pas rater

À la une