Nord-Kivu : Après sa rencontre avec Fatshi, Kasivita promet la paix à sa province !

Après un long séjour de travail à Kinshasa, le gouverneur de la province du Nord-Kivu est retourné dans son fief ce dimanche 10 janvier 2021, cela après avoir participé à la conférence des gouverneurs et après une série d’audiences avec plusieurs personnalités dont le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi.  Avec ce dernier, le gouverneur Carly Kasivita a eu à plaider la cause de la province qui est en proie d’une situation d’instabilité sur le plan sécuritaire depuis plus de deux décennies.

Au cours d’une interview accordée à la presse locale, le gouverneur de province a fait savoir qu’au cours de son audience avec le chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi, ils ont eu assez de temps pour parler en long et en large sur la question sécuritaire de la province du Nord-Kivu surtout dans la partie Nord et plus particulièrement Beni, où les gens se font tuer presque tous les jours par des groupes armés, notamment les rebelles d’ADF.

Pour le gouverneur du Nord-Kivu, la solution à ce grand fléau approche. Il indique par ailleurs que toutes les fois qu’il a l’occasion de parler de la question de Beni que nul n’ignore, les congolais devront comprendre que nous sommes attaqués et que cette guerre exige que tous les congolais soient mobilisés pour que pouvoir gagner cet débouter l’ennemi.

Le gouverneur Kasivita ajoute que sûrement il y a d’autres foyers des tensions sur l’ensemble de la province comme à Masisi, dans le sud du Lubero, dans le Walikale, même dans le Rutshuru…, et qu’il a présenté toutes ces situations au chef de l’Etat et que les instructions sont en train d’être données aux services de sécurité et que les résultats sont déjà visibles sur le terrain avec la reprise de Lose-lose ainsi que d’autres entités des mains des rebelles ADF.

Il regrette cependant la non reconnaissance par une frange de la population congolaise des efforts fournis par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), mais qui fait seulement et malheureusement que l’apologie des échecs.

À ne pas rater

À la une