Elevage de bovins et caprins : le GSK veut booster les associations agropastorales en provinces !

C’est depuis le mois de décembre dernier que le Groupe de Soutien au professeur Eberande Kolongele (GSK) en partenariat avec le Royaume-Uni, Rotary Club et Univers Développement, a lancé dans le domaine agropastoral, le démarrage du projet d’appui à l’élevage des géniteurs bovins (vaches) et des caprins (chèvres) de race améliorée. C’est ce qu’indique le coordonnateur national de GSK, le docteur Béni Nkieri dans un communiqué parvenu à scooprdc.net.

Avec ce projet, cette Asbl veut accorder le partenariat à 10 associations par province avec 7.300 têtes de vaches et 10.713 têtes de chèvres chacune. Et pour une fois dans l’histoire congolaise, ce projet appliquera les nouvelles technologies qui contribueront à l’élevage des bovins et caprins de race améliorée afin d’améliorer leur santé et leur bien-être. En effet, ces nouvelles technologies consisteront à l’application de surveillance grand-public, suivi thérapeutique à distance des animaux atteints de maladies chroniques, dossier médical informatisé (la e-santé animale offre un formidable potentiel de transformation dans le diagnostic, la prévention et l’adhésion des éleveurs dans les pratiques de l’espace animale qui sera conditionnée par la fiabilité de leur partage entre propriétaires et professionnels, et leur protection dans une médecine de 4P appliquée, c’est-à-dire Prédictive, préventive, Personnalisé et préventive).

Les coordinations provinciales et les associations (ONG) partenaires seront, à l’aide des critères de vulnérabilité, chargées de dénombrer les bénéficiaires de l’espace animale bovine et Caprine et auront le renforcement de capacité dans les techniques d’élevage et de la production bovine et caprine.

D’après le communiqué du docteur Béni Nkieri, le renforcement de capacité des bénéficiaires de cet élevage et des asbl partenaires consiste à maîtriser notamment les conséquences de l’élevage de précision sur le travail des éleveurs ; la détection des troubles de santé des vaches laitières par la mesure de leur température ruminale ; le phénotypage de la robustesse des vaches et chèvres allaitantes charolaises, la mesure échographique comme  amateur des réserves corporelles et de leurs variations.

Ce n’est pas tout, il y aussi l’application d’aide à la notation des indicateurs de confort et d’amélioration des espèces laitières ; la relation entre variables accélérométriques  mesurées sur des vaches dans les 4 exploitations laitières ; la variation individuelle du comportement d’ingestion d’un ruminant, chèvre laitière ; la nutrition azotée de précision expliquée par le fractionnement isotopique de l’azote entre l’animal et son régime comme marqueur d’efficience d’utilisation de l’Azote ; l’apport des nouvelles technologies pour le pilotage à la pratique de l’élevage rotatif ; la maîtrise de l’économie végétale à caractéristique animal, fourrages prairies, métiers d’éleveurs et sociétés ; et enfin l’automatisme des performances RFID et l’identification d’avantages.

Ce projet d’appui à l’élevage des géniteurs Bovins et Caprins a une durée de 5ans. Les prestataires dans le cadre l’exécution dudit projet seront désignés par ville, commune et territoire car les coordinations provinciales se maintiennent en exercice depuis plusieurs mois. Voilà pourquoi l’autorité morale du GSK, le professeur Eberande Kolongele, Directeur de cabinet intérimaire du Chef de l’Etat invite les structures associatives à s’approprier les réalisations programmées de cet élevage. Pour ce faire, les associations sans but lucratif qui se sentent concernées doivent constituer un dossier contenant la demande de partenariat, les statuts, le règlement intérieur notariés, le F.92 ou/et la personnalité juridique ainsi que le  rapport d’activités et l’envoyer par e-mail : coordogsk@gmail.com ou contacter la coordination nationale au numéro 081 8787027.

À ne pas rater

À la une