Soutien à Jeannine Mabunda : hypocrisie du FCC !

Un véritable show médiatique livré hier lundi 30 novembre par les députés nationaux du Front Commun pour le Congo (FCC) au Palais du Peuple où, dans une déclaration, ils ont fait savoir être au nombre de 305 signataires qui apportent leur soutien total à la présidente Jeannine Mabunda,  face aux soubresauts politiques qui la secoue. Une belle démonstration pour bien finir le mois de novembre 2020. Seulement, ce soutien s’est opéré, apprend scooprdc.net d’une source très sûre du FCC, grâce à quelques billets verts, et que le nombre réel des signataires de cette déclaration de soutien est de 84 députés et non 305 comme claironné. Et pour cette opération, une importante somme en USD a été soutirée à Jeannine Mabunda pour soudoyer les signataires qui ont bénéficié chacun d’une enveloppe de 300 USD dits de «transport».

D’après la source du média en ligne, beaucoup de députés, plus d’une centaine ont nié avoir apposé leurs signatures sur cette déclaration, lesquelles ont gonflé la liste, et parlent de la tricherie de leurs collègues. Toujours selon la même source, la personne qui était chargée de récolter les signatures, c’est l’épouse de Gaston Musemena tandis que celle qui a procédé à la remise des enveloppes c’est l’épouse d’Adolphe Lumanu. Elle ajoute que face à la fragilité politique dont elle est victime ces derniers temps, Jeannine Mabunda serait devenue une véritable vache à lait de certains opportunistes au sein du FCC qui lui soutirent à tout moment de l’argent pour des déclarations et des actions à effet de feu de paille, alors que la vraie guerre menée contre la présidente de l’Assemblée nationale, émane réellement de FCC.

En effet, si les latinistes disent que «les loups ne se mangent pas entre eux», au FCC c’est tout le contraire. La politique de «Ôte-toi de là que je m’y mette» y est la règle d’or. Le député de l’opposition Albert-Fabrice Puela n’a été qu’un paravent dans la plainte contre le bureau de l’Assemblée nationale au Conseil d’Etat pour réclamer sa démission. Les sources de scooprdc.net à cette haute juridiction confient que de gros calibres du FCC étaient derrière cette démarche et certains auraient même vu les juges pour obtenir d’eux la condamnation du Bureau Mabunda. Ils ont été malheureusement désillusionnés par l’arrêt du Conseil d’Etat.

Ce qui est vrai, le choix de Jeannine Mabunda au perchoir de la Chambre basse du Parlement par Joseph Kabila, n’a jamais été digéré ni fait la joie de ses très proches collaborateurs qui enviaient ce fauteuil. C’est le même cas avec la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary, sur qui personne n’avait pronostiqué, à la présidentielle de 2018 pour le compte du FCC. Ceux qui se réclamaient dauphins du président Joseph Kabila pour le remplacer avaient déchanté. Mais très hypocrites qu’ils sont, les sociétaires du FCC n’ont jamais su ni pu dire non à leur autorité morale lorsque son choix est contraire à la volonté de la majorité. Ils préfèrent cependant administrer des coups bas dans le noir aux personnes choisies par celle-ci. Shadary l’a vécu, la pauvre Mabunda est en train de le vivre, combattue par les siens au sein de sa famille politique. Entre-temps, ce sont les mêmes qui lui soutirent des sous. Triste réalité de «pyromane – sapeur-pompier».      

À ne pas rater

À la une