Procès en flagrance de Barnabé Wimania : 3 ans de servitude pénale assortis d’amende et dommages

Dans l’affaire qui a opposé en procédure de flagrance au Tribunal de Grande Instance de la Gombe (TGI/Gombe) ce samedi 28 novembre, le ministère public à Wimania Isombia Barnabé, ancien chargé de communication de l’Agence Congolaise de Grands Travaux (ACGT), accusé de menaces d’attentat contre le chef de l’État et d’outrage sur sa personne, le TGI/Gombe a établi de fait et de droit sa responsabilité, et l’a condamné à 3 ans de servitude pénale, 2 millions de FC d’amende et 10.000$ de dommages et intérêts.

Activiste politique après son passage à la cellule de communication de l’ACGT, Barnabé Wimania était devenu un habitué des médias, jusqu’à ce qu’il a déclaré, jeudi 26 novembre dernier dans une émission télévisée en jargon militaire en Lingala que «…soki a démissionner te, ce que akozua mbuma…», entendez : s’il ne démissionne pas, ce qu’il attrapera une balle !

C’est ne pas la première fois que Barnabé exagérait un peu dans ses interventions télévisées. Il s’en était violemment pris à Vital Kamerhe qu’il avait traité de tous les noms d’oiseaux après son arrestation en avril dernier. Les professeurs particulièrement économistes de l’Université de Kinshasa en ont aussi payé le prix et responsabilisés dans l’échec de la marche du pays. Dans ce même lot, le premier ministre Sylvestre Ilunkamba n’a pas manqué d’être traité d’incompétent rêveur. Mais cette fois-ci, l’homme a poussé le bouchon un peu plus loin, jusqu’à menacer le président de la république de mort.

Déjà vers 19h30′, le prononcé a eu lieu et le billet de transfert établi. En ce moment, sieur Barnabé Wimania est locataire à la prison centrale de Makala pour de motifs évoqués ci-haut. Gare aux spéculations à la congolaise parce que même aux USA qui sont une vieille démocratie, sieur Barnabé Wimania serait considéré comme un terroriste et condamné.

À ne pas rater

À la une