Vente au rabais de Heineken suspendue : la mafia de délégués commerciaux à l’origine !

Dans son article du 22 novembre dernier «Conséquence de la Covid-19 dans le monde : un lot important de la bière Heineken déversé à Kinshasa et qui se vend au rabais!», scooprdc.net avait donné les tenants et aboutissants de cette situation. Mais cette joie des «heinekenistes» qui l’ont consommée, les uns à 1.500FC comme recommandé par la Bralima, et les autres à 2.000FC selon les débits de boissons, n’a duré que l’espace d’un matin alors qu’il leur avait été annoncé, cette promotion, jusqu’à fin décembre 2020, parce que la RDC a reçu 99 conteneurs de 40 pieds, représentant plus de 300 mille cartons. Et pour cause, la suspension par le Directeur Marketing et Commercial (DMC) de cette vente au rabais à cause, apprend le média en ligne, de la mafia qui s’en est suivie. Mafia organisée par les délégués commerciaux en complicité avec certains camionneurs qui auraient trouvé un débouché vers le Congo-Brazzaville à 35$US le carton, alors qu’à Kinshasa, la Bralima le proposait à 30.000 FC, soit 15$US.

En effet, depuis le début de cette semaine, les tenanciers des débits de boissons n’ont pas pu acheter aux camions livreurs faute d’absence de stocks. Du coup, cette bière a repris son prix d’antan, soit 3.000FC en moyenne. Certains supermarchés comme Kin-Marché ont retourné le prix du carton à 46.500FC. A Shoprite – ex. GB, les rayons sont vides, mais l’achat se négocie avec les agents de rayon. Vraie ‘’coop’’ ou ‘’shida’’ comme aiment le dire les Kinois pour parler d’une aubaine.

Si la RDC a été choisie par la firme Hollandaise, ce n’était pas par pure hasard, le déconfinement et le ration de la direction commerciale ont sans doute milité pour ce choix. En attendant que le DMC remette de l’ordre dans la distribution de ce produit, les consommateurs de la bière Heineken devront se serrer la ceinture et la consommer comme d’habitude, car les délégués commerciaux de la Bralima ont été plus gourmands que la firme elle-même, et d’ailleurs ils sont devenus invisibles sur terrain en pleine période de ladite promotion.

À ne pas rater

À la une