Élection reprise à la FEC : le clan Yuma redoute le vote secret !

Après l’annulation de l’élection d’Albert Yuma au Conseil d’État pour principalement trois irrégularités majeures, désormais le clan Yuma redoute le vote secret prévu dans les statuts et règlement intérieur de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC). Ayant séance tenante tripatouillé le mode de scrutin, ayant abouti au rejet d’autres candidatures dont celle du plaignant Dieudonné Kasembo, Albert Yuma est obligé de faire face à la réalité : la reprise du scrutin dans les 15 jours.

D’après l’avocat de Kassembo, les organisateurs ont violé leurs propres textes, en instituant le comité des sages en une sorte de caisse à trie de candidatures, procédure qui n’existe dans aucun texte de la FEC, le vote à main levée, une fois de plus en violation des textes régissant cette organisation et pour couronner le tout, le choix d’une candidature unique soumise au plébiscite en quelque sorte.

Pour certains analystes, toutes ces mesures d’encadrement du clan Yuma laissent transparaître une certaine peur dans le chef de ce dernier. Prendre autant de risques en violant les textes pour tailler une victoire sur mesure telle que l’a fait Kimona Binonge, Administrateur Délégué de la FEC, est un signe que Yuma n’avait peut-être pas la majorité. Avec le vote à main levée, le clan Yuma voudrait s’assurer que ses complices qui ont touché le pot-de-vin ont bien voté pour lui. Or, l’annulation de ce scrutin renvoie Yuma et les siens au vote secret qui leur fait peur. Rendez-vous est donc pris dans 15 jours malgré les gesticulations et les dilatoires du clan Yuma.

À ne pas rater

À la une