Le député Fidèle Likinda sur les consultations présidentielles : le FCC et le CACH forment déjà l’Union sacrée !

C’est le restaurant de l’hôtel Tenasia sur l’avenue Kalembelembe dans la commune de Lingwala, que le député national PPRD, Fidèle Likinda, a choisi pour son café de presse, ce mercredi 25 novembre 2020. Tous les sujets d’actualité ont été abordés avec les journalistes pendant près d’une heure trente.

Parlant de la coalition FCC-CACH qui évolue actuellement en dents de scie, l’élu d’Ikela avoue qu’il y a certes des couacs mais cela n’entraîne pas ipso facto la rupture de cette coalition. «Les problèmes ne manquent pas là où il y a des gens. Mais ce qui est important, c’est de trouver des solutions à des différents problèmes qui se posent. Moi je dis toujours que le PPRD est au pouvoir, le FCC est au pouvoir, et l’échec du président de la République c’est notre échec parce que nous sommes ensemble», a-t-il déclaré avant d’affirmer que la requalification de la majorité parlementaire comme d’aucuns l’envisagent à l’issu des consultations présidentielles, est impossible. Toutefois, accepte Fidèle Likinda, la possibilité d’une majorité des votes pourrait être possible pour une certaine catégorie des questions au niveau du Parlement. «Mais cela ne signifie pas que vous avez la majorité parlementaire», insiste-t-il.

S’agissant exactement des consultations initiées par le président de la République, Félix Tshisekedi, le député Likinda n’y voit aucun inconvénient en sa qualité de garant de la Nation et du bon fonctionnement des institutions. Seulement, estime-t-il, son parti le PPRD et sa plateforme le FCC préfèrent le dialogue restreint avec le chef de l’Etat en lieu et place de ces consultations. «Moi, je ne vois pas comment au jour d’aujourd’hui on peut vouloir chercher une autre union sacrée. Mais le FCC-CACH est une union sacrée ! Vous allez chercher une autre union sacrée où ?», interroge l’élu d’Ikela avant de marteler que la réussite du président de la République et de son gouvernement, c’est la réussite du FCC-CACH. D’où pour lui, la coalition doit demeurer jusqu’en 2023.  

À ne pas rater

À la une