24 novembre : ce qu’en retient Jean Chrysostome Vahamwiti !

Ce mardi 24 novembre 2020 c’est la clôture des consultations initiées par le président de la République, Félix Tshisekedi, depuis le 2 novembre dernier. Mais il y a deux autres 24 novembre significatifs sous le régime du Maréchal Mobutu. L’un était sa prise du pouvoir en 1965 et l’autre en 1990 pour prononcer le discours de clôture des consultations populaires où il réinstaura la démocratie au Zaïre.  

Pour le député national honoraire Jean Chrysostome Vahamwiti, depuis qu’on parle des consultations nationales en RDC ce mois de novembre 2020, il s’est replongé dans l’histoire pour auditionner à plusieurs reprises le discours par lequel le président Mobutu a clôturé les consultations populaires le 24 novembre 1990. 

«Quelque chose m’a frappé», dit-il, avant de continuer : «Ce n’est pas tellement le retour au multipartisme, mais le fait que le Maréchal Mobutu avait opté pour le point de vue de la minorité».

En effet, sur 6128 mémorandums, fait savoir l’ancien ministre de l’agriculture, 5310, soit 87% exigeaient la réorganisation du MPR, parti unique et non la fin du parti unique. Seulement 818 mémorandums, soit 13 %, avaient demandé la fin du monopartisme. Et le président Mobutu avait donc privilégié le point de vue de la minorité pour faire avancer la nation zaïroise, conclut Vahamwiti.

Et pour lui de terminer : «Je tire la leçon que le salut du peuple qui est la loi suprême (je cite le président de la République Félix Tshisekedi) ne vient pas nécessairement du point de vue majoritaire. Bref, les grandes décisions exigent beaucoup de sagacité».

À ne pas rater

À la une