Arrestation de Tshala Muana : Une pub gratuite et inutile de l’ANR !

Jm Kassamba Et Tshala Muana
JM Kassamba et Elisabeth Tshala Muana juste après ce libération à l'ANR, mardi 17 novembre 2020

A quoi auraient servi l’interpellation et la garde à vue pendant 24 heures de l’artiste-musicienne Tshala Muana à l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) à cause de sa chanson «Ingratitude» ? A rien, vraiment à rien, à rien du tout, si ce n’est qu’une publicité gratuite et inutile faite à la Mamu nationale, voire la promotion à ladite chanson à travers le pays et le monde entier.

L’ANR étant un service d’intelligence, l’intelligence et la sagesse doivent primer sur les sauts d’humeurs et les sentiments émotionnels quant aux actes par elle à poser. La précipitation dans les arrestations ne devra pas être l’arme à laquelle la nouvelle administration de l’ANR devra recourir pour régler à la va-vite des comptes aux gens, cela pour faire totalement la différence avec la précédente administration tant décriée du tout-puissant Kalev Mutondo. Sinon, c’est déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul alors que le président de la République, Félix Tshisekedi, a déclaré humaniser l’ANR. Ne dit-on pas dans le milieu des barbouzes que la vengeance est un plat qui se mange froid ?

Des sources dignes de foi au sein de l’ANR, scooprdc.net apprend que Tshala Muana avait été interpellée sur ordre personnel de l’actuel Administrateur Principal (AP), Jean-Pierre Mbombo Tshibi, qui aurait envoyé des éléments d’investigation, pour procéder à son arrestation, lundi 16 novembre dernier, à son domicile.

Vite, ses détracteurs parlent de la fibre familiale qui l’aurait poussé à agir précipitamment sous la colère pour «punir» Tshala Muana qui, selon lui, a outragé le chef de l’Etat dans sa nouvelle chanson «Ingratitude». On dit de l’AP JP Mbombo qu’il est en mariage avec l’une des filles de la tante paternelle du Président de la République Félix Tshisekedi. C’est ce qui expliquerait même sa promotion.

En effet, travaillant comme Chef de Division à la 5ième Direction, chargée de l’identification –  service passeport – située sur l’avenue Roi Baudouin ex.3Z, Jean-Pierre Mbombo Tshibi s’est vu promu au grade de Chef de Département intérieur de l’ANR, juste après l’avènement de Félix Tshisekedi à la tête du pays, au terme d’une ordonnance présidentielle au mois de mars 2019. Ce qui n’a pas manqué de susciter des émois au sein du service, car dit-on dans les couloirs de l’ANR, que ce poste d’administrateur requiert une compétence et une grande capacité d’analyse et d’anticipation sur des questions souvent très complexes touchant à la sécurité nationale. Or, JP Mbombo selon ses détracteurs, ne dispose d’aucun de ces atouts parce qu’ayant longtemps travaillé dans une autre direction, celle de l’identification.

Voilà, soutient-on au sein de l’ANR, qui justifierait certains abus et dérapages, pas les moindres, sous son instigation que l’on observe ces derniers jours, y compris l’arrestation arbitraire de la Reine de Mutuashi dont son action n’a rien apporté comme gain pour le service et le pays à part la publicité lui faite gratuitement et le ternissement de l’image du chef de l’Etat sur qui les pourfendeurs jettent tous les péchés d’Israël. La rectification de tirs et le rejet d’excès de zèle par l’AP JP Mbombo s’imposent pour la bonne image de l’ANR et celle du Chef de l’Etat. Scooprdc.net a conseillé !