ANR : Kalev Mutondo, indélicat pas comme ses prédécesseurs !

Kalev Mutond 2

Par Nzakomba.

L’actualité à l’Agence Nationale de Renseignements est caractérisée ce dernier temps par la révocation de Kalev Mutondo, ancien AG de ce service d’intelligence congolais, puis du retrait de la garde policière qui assurait sa sécurité (lire les articles de Scooprdc.net : «RDC: Kalev Mutondo révoqué de l’ANR» et «RDC-ANR : Kalev Mutondo dépouillé de sa garde !»).

Si les anciens administrateurs de service d’intelligence de l’ex-Zaïre redevenue RDC ont toujours fait profil bas pendant et après leurs fonctions en ayant une bouche cousue, cela n’a pas été le cas avec le tout-puissant et le très médiatique Kalev Mutondo, l’ancien administrateur général  exhibitionniste que l’ANR n’ait jamais connu. L’homme se retrouve aujourd’hui révoqué de ce service à cause de ses indélicatesses vis-à-vis de la déontologie et de la stature que doit adopter une ancienne barbouze.

En effet, contrairement à tous ses prédécesseurs comme Goga, Seti Yale, Édouard Mokolo, Honoré Ngbanda, Alain Atundu, Lutula, Didier Kazadi Nyembwe, Paul Kabongo Misasa, Clément Kibinda, Séverin Kabwe, Georges Leta, Lando Lurhakumbirwa, Mira Ndjoku Manyanga, Jean-Pierre Daruwezi Mokombe… qui, une fois mis de côté, sont restés taciturnes respectant le serment qui les lie à ce service d’intelligence, Kalev Mutondo lui, s’est montré bavard, menaçant même de mettre sur la place publique les secrets d’Etat, jusqu’à afficher un activisme politique à outrance sans se conformer à l’exigence de demande de mise en disponibilité pour un désengagement (lire l’article de scooprdc.net : «Kalev Mutondo : une barbouze qui pète indignement le plomb» et «marche du FCC : même Kalev Mutond réclame l’Etat de droit !»).

Dans les milieux des barbouzes congolaises, scooprdc.net apprend que tous les anciens dirigeants de l’AND, SNIP devenu plus tard ANR, gardent certains avantages pour leurs hautes fonctions occupées. «Imaginez-vous que même Honoré Ngbanda, malgré tous les bruits qu’il fait, touche le peu lui réservé; mon vieux Atundu mêmement parce qu’ils sont toujours considérés comme agents bien que passifs. D’autres qui étaient des directeurs et qui sont actuellement qui, député national, qui sénateur, n’ont pas perdu leur statut parce qu’ayant déposé en bonne et due forme leur demande de mise en disponibilité», fait savoir un agent au média en ligne.

Ce dernier dit ne pas comprendre le comportement indélicat de son ancien AG qu’il a qualifié d’un «type très intelligent», et se pose même la question de savoir quelle mouche, diable, l’a piqué. «L’ancien AG Kalev n’est pas né de la dernière pluie. Il n’est pas venu dans les mallettes des Kabila. C’est quelqu’un qui a travaillé sous Mobutu et qui était directeur d’un grand département à l’arrivée de l’AFDL. Vraiment, je ne parviens pas à comprendre ni expliquer ses dérapages. Est-ce les effets des prières négatives faites à Dieu par toutes ses victimes qu’il soumettait personnellement à des tortures injustes ? J’ose le croire parce que le vieux s’est comporté comme un envoûté», s’est lamenté l’agent interlocuteur de scooprdc.net qui, comme d’autres barbouzes soutiennent la thèse de l’enchantement où d’une audace effrénée à la « Catilina » à l’époque de la république romaine sous Marcus Tulius Cicero, dit Cicéron.

Non sans raison, pour un ancien sous-chef d’État-major à la retraite avec qui le média en ligne a échangé, il ne s’explique pas le comportement de Kalev Mutondo qui confirme-t-il aussi comme l’agent ANR interlocuteur du média en ligne, est un ancien flic depuis le maréchal Mobutu que le régime AFDL a trouvé déjà directeur au sein de cette agence. «Donc il n’est pas à être assimilé avec de moins qu’agents qui ont été recrutés ça et là par l’AFDL et sa suite pour juste donner de l’emploi à certains membres de famille et connaissance», explique cet ancien sous-chef d’Etat-major à scooprdc.net. Ce général à la retraite a conclu par dire que l’acte de Kalev de s’afficher publiquement dans les rangs du FCC est irréfléchi, indigne, remettant en cause toute sa carrière pour se voir perdre des avantages qu’il possédait déjà.

Avec sa révocation de l’ANR, Kalev Mutondo s’expose désormais devant ses nombreuses victimes comme une proie facile. L’ancien AG qui a dirigé d’une main de fer ce service sous Joseph Kabila pendant pratiquement 15 ans, risque de finir ses jours restants sur terre dans la prison, vu le palmarès de tortures infligées à ses victimes, surtout les politiciens de l’opposition et les jeunes des mouvements citoyens. L’adage qui dit «tout se paie ici bas» risque de le rattraper.