Tapez pour rechercher

Actualité

Marche anti-Malonda à Kinshasa : déjà des morts et des édifices incendiés !

Marche Udps

Par Dorcas Nzumea.

Ce qu’il fallait craindre est finalement arrivé lors de la marche anti-Malonda organisée par l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et autres alliés : des morts et des dégâts matériels. Le reporter de Scooprdc.net sur terrain a vu deux victimes dans la commune de Kasavubu : un policier et un manifestant tués.

D’après le reporter de scooprdc.net, les affrontements sont loin de finir. Car la tension est perceptible sur l’avenue Kanda Kanda du côté de la commune de Kasa-vubu. Le policier tué par les manifestants s’est retrouvé seul et isolé sur cette avenue, après sa descente de la pick-up qui les amenaient vers le pont Cabu. Aussitôt envahi, il a été lynché et lapidé jusqu’à ce que mort s’en suive. Puis, sa dépouille jetée par ses bourreaux dans un brasier fait de pneus brûlés. Ayant appris la nouvelle, les policiers ont rappliqué pour disperser la foule, hélas ! Ils n’ont pu que récupérer le corps sans vie et partiellement brûlé de leur collègue.

A leur tour , les éléments de la police qui dispersaient la foule ont ouvert le feu sur les militants supposés de l’UDPS qui manifestaient, atteignant mortellement l’un d’entre eux. Pris de colère, les manifestants ont ainsi décidé d’escorter le corps sans vie de leur camarade jusqu’au siège du parti à la 11e rue Limeté.

Par ailleurs, la rédaction de scooprdc.net apprend que les sièges du PPRD Mont-Ngafula et celui situé sur le boulevard Sendwe ont été incendiés, tout comme celui du parti travailliste de Steve Mbikayi sur le même boulevard Sendwe a subi le même sort. L’église Armée de l’Éternel de Sony Kafuta sur la même avenue a été vandalisée et tant d’autres dégâts matériels selon que les informations arrivent à la rédaction du média en ligne. On parle même déjà de trois décès du côté de l’UDPS.

Il sied de rappeler que ces manifestations ont été interdites par les autorités politico-administratives provinciales à cause de l’état d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’Etat pour lutter contre propagation de la pandémie de la Covid-19, mais la hierarchie de l’UDPS les a zappées, appelant les militants à descendre ce jeudi dans la rue.

quis risus. Aliquam velit, ultricies odio pulvinar diam commodo