Tapez pour rechercher

Slider
Politique

Manifestations au Palais du peuple : Mabunda demande au Gouvernement de faire respecter strictement l’inviolabilité du siège de l’Assemblée nationale

Img 20191107 Wa0630

Par Nzakomba.

Par un communiqué signé Jeanine Mabunda de ce jeudi 25 juin, le bureau de l’Assemblée nationale informe à l’opinion que son fonctionnement normal a été perturbé par les militants de l’UDPS qui ont investi  les alentours du Palais du peuple pendant 2 jours, soit le 23 et 24 juin dernier. La présidente de l’Assemblée nationale condamne, à travers ce communiqué, avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme dans une démocratie. Elle demande au Gouvernement de la république qui dispose de la police nationale et des services de sécurité, de faire respecter strictement l’inviolabilité du siège de l’Assemblée nationale et d’assurer efficacement la protection des députés, afin que l’activité parlementaire ne soit plus perturbée à l’avenir.

Si d’une part la présidente de l’Assemblée nationale rappelle sans émotion des faits graves qui se sont commis pendant ces deux jours de violences, elle tient néanmoins d’autre part à rappeler que les auteurs matériels et intellectuels de cette escalade qui sont connus, devront être poursuivis.

Aussi, le bureau de l’Assemblée nationale par sa présidente rappelle que le travail législatif répond à des règles précises comme dans toutes les démocraties. En l’occurrence, écrit-elle, dans le cadre d’une approche de concertation sociale, des invitations sont généralement adressées aux différentes parties prenantes intéressées par le débat parlementaire ou tout congolais peut apporter librement sa contribution en saisissant les organes habilités de l’Assemblée nationale.

Pour le bureau de Jeanine Mabunda, la codification de l’expression démocratique dans une démocratie représentative passe par les députés. A ce titre, la violence est une et reste une voie antidémocratique et dangereux pour la santé de la jeune démocratie congolaise, qui expérimente sa première alternance pacifique depuis son indépendance en 1960.

Enfin, le bureau de l’Assemblée nationale appelle les acteurs politiques à privilégier les mécanismes de dialogue et les voies pacifiques pour promouvoir leurs intérêts afin de maintenir la paix et la concorde sociale.

ante. mi, Nullam porta. libero Sed id diam Donec sit Aliquam