Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
Banner Sonas
previous arrow
next arrow
Slider
Actualité

Arrestation du député Jean-Jacques Mamba : Raphaël Kibuka dénonce la procédure vicieuse du Premier avocat Bernard Mikobo

Jean Jacques Mamba

Agnelo Agnade.

Le député national Jean-Jacques Mamba a été pris sans aménagement, manu militari, ce samedi matin 23 mai, par les agents en civil se réclamant du Parquet Général près la Cour de cassation. Brandissant un mandat d’amener signé par Premier Avocat Général Bernard MIKOBI MINGA, ces agents n’ont pas laissé le temps au député qui était en pyjama, de s’habiller correctement et l’ont embarqué vers l’office du PG où il serait entrain d’être entendu, selon le député national Raphaël Kibuka, porte-parole du MLC, parti politique du député arrêté.

L’élu du Mont Amba, de surcroît avocat, déplore et dénonce la procédure vicieuse du PG Mumba qui a violé les immunités de son collègue. «l’Etat de droit que nous voulons tous, n’est pas celui-ci. Le PG sait pertinemment que Jean-Jacques Mamba est couvert des immunités parlementaires et ne peut en aucun cas être traité de cette manière humiliante, d’autant plus que le dossier qu’il a avec le Vice-président Jean-Marc Kabund et d’autres collègues n’a aucun caractère de flagrance», déclare Raphaël Kibuka qui précise que même la présidente de l’Assemblée nationale n’est pas au courant de cette arrestation.

«Le MLC dénonce cette pratique qui viole intentionnellement l’article 107 de la Constitution qui garantit l’ immunité de l’honorable Jean Jacques MAMBA . Encore que le flagrant délit qui devrait justifier cette brusque arrestation n’est point de mise en l’espèce. S’il s’agit du faux en écriture tel que repris sur un mandat d’amener publié sur la toile, le caractère instantané de l’infraction fait qu’à ce jour, l’on soit au-delà de 48 heures, seule possibilité d’arrêter un député sans levée ses immunités. Le temps passé entre le dépôt de la plainte et l’arrestation est tellement long qu’il n’y a plus fraîcheur dans la temporalité. Le magistrat aurait dû, à partir de ce moment, retourner à la procédure ordinaire», déclare Raphaël Kibuka qui dénonce l’arbitraire et exige la libération sans condition de l’honorable JJ MAMBA.

Pour rappel, le député Simon Mpiana, celui-là qui a remplacé son grand frère, l’UNC John Ntumba devenu ministre au Gouvernement Ilunkamba, a renié sa signature apposée sur la pétition initiée par le député Jean-Jacques Mamba pour réclamer la déchéance du premier vice-président Jean-Marc Kabund du bureau de l’Assemblée Nationale. Ce député UNC a par conséquent accusé son collègue du MLC de faux en écriture et usage de faux et déposé une plainte auprès du Procureur général près la Cour de cassation. Mais ce dossier devenu judiciaire devait-il se passer comme observé aujourd’hui ? Pourquoi cette précipitation du PG qui n’est pas passé par le bureau de l’Assemblée nationale pour avoir l’autorisation d’interpeller le député accusé ? Y a-t-il main noire de l’UDPS, parti au pouvoir ? Autant de questions qui font croire qu’avec la justice congolaise, l’on est encore loin de sortir de l’Auberge.

quis, risus ut sem, vel, libero Donec