Tapez pour rechercher

Actualité

Lutte contre le coronavirus : Tshisekedi isole Kinshasa des autres provinces et décrète l’état d’urgence

Img 20200324 Wa0802

Par Owandi.

A l’impossible, nul n’est tenu. Voilà l’adage qui a poussé le président de la république, Félix Tshisekedi à prendre, ce mardi 24 mardi, des mesures supplémentaires aussi drastiques que celles prises le 18 mars, soit jours avant. Et l’indiscipline des Kinois face au respect des premières mesures serait à la base de ce renforcement.

«Ces décisions (Ndlr : celles du 18 mars) relatives aux mesures à adopter face à la pandémie du Coronavirus me semblent, à ce jour, pas suffisamment suivies par la population, alors que nous venons de franchir le cap de 45 personnes déclarées contaminées avec 1 cas de guérison et 3 cas de décès dénombrés», mentionne le président Tshisekedi dans sa nouvelle adresse à la nation en précisant que «ces trois cas malheureux viennent de nous rappeler, s’il en était encore besoin, que le Coronavirus est très dangereux et n’a toujours pas trouvé de remède, et que le seul rempart pour tout le monde demeure le strict respect des mesures que je vous ai annoncées le mercredi 18 mars».

Le président congolais répète que la situation inédite que traverse actuellement le monde en général et particulièrement son pays, va notablement bouleverser les habitudes et les modes de vie étant donné qu’aucune tranche d’âge n’est épargnée. «Nous devons tous nous armer d’un solide esprit de résignation et abandonner toutes activités incompatibles avec les mesures et les recommandations du Gouvernement qui ne doivent en aucune occasion se trouver ruinées», recommande-t-il.

Ainsi, au regard de la gravité de la situation, face à l’urgence et à la crainte que la propagation ne s’accélère et ne devienne plus inquiétante d’autant plus que la plupart des personnes infectées étaient en contact avec des parents et bien d’autres personnes, Félix Tshisekedi a décidé de prendre les mesures complémentaires ci-après, qui sont d’application immédiate :

  1. Interdiction de tous les voyages de Kinshasa vers les Provinces et des Provinces vers Kinshasa, afin de permettre le confinement de la Ville de Kinshasa, foyer de la pandé Ceci implique :
  2. L’interdiction de tous les vols des passagers dans les deux sens Kinshasa – Provinces, à l’exception des avions transportant du fret et dont les équipages seront soumis à un contrôle d’usage strict au départ comme à l’arrivée ; L’interdiction de tous les mouvements migratoires, par les transports en commun, des bus, camions et autres véhicules de l’intérieur vers Kinshasa et de Kinshasa vers l’inté Des barrières doivent être érigées par les Gouverneurs, et les équipages devront se soumettre au contrôle de rigueur en matière du Coronavirus ; L’interdiction des tous les transports fluviaux des passagers de Kinshasa vers les Provinces et vice-versa. Seuls les bateaux et les embarcations transportant les marchandises avec équipages et convoyeurs seront autorisés ;
  3. La fermeture de toutes les frontières du pays aux passagers et à toute personne, sauf pour les camions, navires, avions cargos avec fret ;
  4. L’obligation pour le Gouverneur de la Ville Province de Kinshasa d’instruire tous les Bourgmestres de chaque commune de la Ville d’éviter tout attroupement. Et de placer plusieurs points de lavage des mains avec désinfectant ou savon, surtout dans des agglomérations à grandes affluences où le manque d’eau et d’électricité est quasi permanent. Ici, j’instruis le Gouvernement de trouver les moyens de ravitailler ces quartiers pour assurer l’hygiè En même temps, il faudra multiplier les points de lavage des mains à l’aéroport International de N’Djili et appuyer les équipes de la RVA et de la DGM pour que nul n’échappe au contrôle d’hygiène;
  5. Mise en place d’un service minimum au sein du gouvernement et des institutions pour palier au confinement, à leurs domiciles des autres agents de l’É

«Le Coronavirus n’a besoin ni d’un passeport, ni d’un visa, ni d’une carte d’électeur pour circuler chez nous. C’est nous qui circulons avec et qui devons comprendre que nous nous trouvons dans une situation de guerre face à un adversaire invisible, une guerre asymétrique aux conséquences désastreuses que nous pouvons éviter. Et, dans une période d’épreuves et d’incertitudes comme celle que nous traversons, il est nécessaire que chacun soit appelé à prendre au sérieux cette pandémie et à observer toutes les mesures décidées», martèle le président Tshisekedi qui se dit obligé de réquisitionner les unités de la Police Nationale Congolaise et celles de Forces Armées afin d’organiser des patrouilles mixtes pour faire respecter ces mesures, dit-il, pour le bien de tous en annonçant l’état d’urgence par lui décrété devant la gravité et le caractère dangereux que comporte la situation actuelle dans le pays en rapport avec la pandémie à Coronavirus.

dolor quis, ultricies leo. ut et, risus. efficitur. accumsan adipiscing eget ut