Tapez pour rechercher

Actualité

Dossier Kalev : Roland Kashwantale fait le Ponce Pilate et rétropédale !

Par Nzakomba.

Après la sortie médiatique, dimanche 16 février dans la soirée, de Constant Mutamba pour dénoncer les irrégularités constatées dans la décision de la Direction Générale des Migrations (DGM) interdisant Kalev Mutondo, ancien administrateur général de l’agence nationale de renseignements (ANR) de sortir du pays, le patron de la DGM, Roland Kashwantale a, sur les antennes de Top Congo FM, fait un rétropédalage à 190° en niant l’authenticité du document qui a circulé sur les réseaux sociaux, attribué à la DGM.

Dans son intervention, le Directeur Général de la DGM s’étonne qu’on attribue à son institution, la paternité de ce document. Pour Roland Kashwantale, son institution n’a pas encore vu le document dont question, et il recommande à ce que l’on se méfie de tout ce qui circule sur internet. Ce qui n’étonne pas du tout parce que ce n’est pas la première fois que les responsables de la DGM rejettent les documents portant l’en-tête de leur institution après que ceux-ci ont fait du buzz sur la toile. Dans un passé très récent, un document attribué  la DGM reprenant la liste des hommes politiques congolais à double nationalité, a été démenti de la même façon mais il s’est révélé plus tard que cette liste n’était pas du tout fausse. Soit !

Sur Top Congo, le numéro 1 de la DGM a déclaré que sa maison n’a pas l’intention d’humilier qui que ce soit. « La DGM ne restreint pas le mouvement des citoyens, mais s’assure que celui qui voyage le fait avec le bon document. Au regard des conventions conclues avec différents partenaires dont l’OACI et Interpol, la DGM est appelée à veiller et vérifier que tout celui qui quitte la RDC ne représente pas un danger pour le pays de sa destination », a-t-il fait savoir. 

Comme pour aller dans le même sens que Constant Mutamba, le DG Kashwantale reconnaît l’autorité du parquet sur une telle décision de restriction des mouvements, si elle était nécessaire. « C’est le Parquet qui en fait la demande. Mais jusque là il y a aucune dans ce sens. Kalev Mutond est un citoyen comme tout le monde, il quittera le pays s’il a le bon document », explique- t-il.

Ce renversement de situation et surtout cette volte-face de la DGM donne raison à Constant Mutamba qui, lui n’a pas attendu la conférence des présidents FCC pour décrier ce qu’il a qualifié sans être contredit, d’arbitraire. Que Kalev Mutondo soit foncièrement mauvais, qu’on l’aime ou pas, la  restriction de sa liberté doit obéir aux règles du droit, voilà ce qui a été la position du crocodile de Lubao.

vulputate, Praesent vel, fringilla elit. nunc dictum consequat. in