Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
Banner Sonas
previous arrow
next arrow
Slider
Société

Kinshasa : près de 10.000 animateurs formés au processus électoral et à la vie démocratique

Cenco Nzumea

Par Dorcas Nzumea.

Le mercredi 12 février 2020 au Centre Interdiocésain de Kinshasa a eu lieu la cérémonie de clôture du projet d’éduction civique et électorale (Pece-Cenco). Lancé en 2016, ce projet vise la participation active de la population, en particulier des jeunes et des femmes, au processus électoral et à la vie démocratique et le civisme ainsi que l’engagement supérieur pour les congolais. Près de 10.000 animateurs et animatrices de proximité ont été formés et ont travaillé presque bénévolement afin de réaliser des sessions d’animations et de réflexion sur la situation dans le pays, la gouvernance, la corruption, la violence et la non-violence, le tribalisme et la cohabitation pacifique, l’engagement citoyen, le rôle des femmes et des jeunes et enfin, le processus électoral.

Les élections sont d’une grande importance pour l’éducation civique et électorale d’un peuple. A cet effet, ces vaillants animateurs ont rejoint des millions des congolais dans les villages, les quartiers, les paroisses et les marchés. Cette cérémonie a connu la participation des partenaires canadiens dont l’ambassadeur du canada en RDC, Nicolas Simard, ainsi que des évêques  de l’église catholique du Congo.

Dans son mot de circonstance, le président de la CENCO, Marcel Utembi s’est dit satisfait de l’aboutissement heureux de ce projet. Pendant quatre ans, dit-il, la PECE a marqué le travail d’éducation civique et électorale en RDC par sa couverture géographique sur l’ensemble du territoire national à travers les 47 diocèses que compte l’église catholique du Congo.

« La Cenco est fière des réalisations du projet d’éducation civique et électorale et elle désire ardemment poursuivre ce travail pour contribuer à l’enracinement de la culture démocratique et civique, socle d’un développement harmonieux en RDC », a affirmé le président de la CENCO.

Pour sa part, Nicolas Simard  a exhorté toutes les parties prenantes à ce projet à ne pas perdre de vue les dividendes engrangées par les populations congolaises à travers le travail abattu. « Le projet Pece-Cenco ne nous laisse pas les mains vides. Il laisse à la Postérité, aux organisations de développement, à la société civile, aux institutions étatiques, un héritage important », a-t-il laissé entendre.

Il sied de signaler qu’au cours de la vie active du projet, cinq ans durant, des matériaux ont été produits et montés, des procédures et des approches ont été dessinées, des processus de mise en œuvre ont été établis. Ce qui a permis la réalisation efficace des objectifs contenus dans le cahier des charges. « Le Canada est aujourd’hui comblé d’avoir accompagné un partenaire qui a su utiliser cette belle initiative pour arriver à bon port », a déclaré le diplomate canadien.

Cette cérémonie a été sanctionnée par une visite guidée dans des  stands où étaient exposés des manuels d’éducation civique produits par les organisateurs depuis le début dudit projet.


elementum tempus ipsum eleifend in accumsan risus. justo