Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
Banner Sonas
previous arrow
next arrow
Slider
Scoop

Kalev verbalisé à « son » ANR : ce que les autres n’ont pas dit !

Kalev Mutond 1

Par Nzakomba. 

La RDC est secouée ce mercredi 12 février par l’invraisemblable interpellation du tout-puissant Kalev Mutondo,  ancien Administrateur Général de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) à l’aéroport international de N’djili où les agents d’immigration l’ont cueilli de retour d’un voyage en Ouganda, avec un passeport diplomatique  mentionnant comme fonction : conseiller à la Primature.

Il n’y a pas eu visite de courtoise à son successeur comme certains de ses proches veulent désorienter l’opinion dans les réseaux sociaux, l’ancien numéro 1 des barbouzes congolaises a été bel et bien interpellé et verbalisé dans les locaux du QG de l’ANR situé dans l’ex-immeuble de l’Union Zaïroise des Banques (UZB) que lui-même a transformé en QG du service congolais d’intelligence. Jusqu’à 21 heures 30, d’après les sources de Scooprdc.net, le tout-puissant Kalev traînait encore à l’ANR où il subissait un interrogatoire à la Guantanamo.

Non seulement qu’il est reproché à l’ancien patron des barbouzes congolaises de détenir un passeport rouge alors qu’il n’en plus qualité, mais surtout que ce passeport lui attribuant le titre de conseiller à la Primature est un faux. De un, dans le décret du premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommant les membres de son cabinet, le nom de Kalev Mutondo n’y figure pas. De deux, au Ministère des Affaires étrangères, l’on ne reconnaît pas lui avoir délivré ce passeport qui, d’ailleurs disons-le en passant, est présentement saisi par la DGM. Donc, l’ancien AG de l’ANR est coupable de faux et usage de faux, mais également d’usurpation de fonction.

Mais qu’est-il allé faire en Ouganda avec cette fausse identité ? 

Scooprdc.net apprend cette nuit des sources dignes de foi de quelques flics congolais que Kalev Mutondo a rencontré tour à tour à Kampala, capitale ougandaise, le fils du président Youweri Museveni, le général Muhozi, le chef du renseignement militaire ougandais le général Abel, et le conseiller spécial en matière de sécurité du président ougandais.

En sa qualité d’ex-patron de renseignements congolais,  se donner autant de mal et prendre un  tel risque pour sortir du pays en vue de rencontrer des officiels de cette carrure,  tout individu ayant quelque peu un bagage de bon sens,  se rendra compte qu’il y a quelque chose qui se mijote. Surtout quand on sait que la situation de massacres à Beni implique les ADF, ces soi-disant rebelles ougandais qui n’ont jamais attaqué leur propre pays mais commettent beaucoup d’atrocités au Congo.

Que cachent donc ses rencontres avec ces trois hautes personnalités de services de renseignements militaires ougandais dont le pays est accusé d’appuyer les ADF ? C’est ce que voudra connaître la nouvelle administration.

Pour qui roule Kalev et pourquoi ? 

Accusé récemment par le secrétaire général de l’UDPS, Augustin Kabuya, d’espionner le chef de l’Etat Félix Tshisekedi dans ses déplacements à l’extérieur du pays, Kalev Mutondo a défié ce dernier, lui exigeant de lui brandir le passeport diplomatique qu’il détiendrait et la preuve de ses voyages à l’étranger.  Pauvre Kalev,  pris facilement à l’aéroport  comme un vulgaire faussaire de documents,  lui qui a dirigé la toute puissante ANR pendant 10 ans, ne pourra plus fixer Augustin Kabuya dans les yeux au regard des éléments en possession de l’agent de l’ANR qui l’a interrogé.

Les analystes de l’ANR voient dans la mission suspecte de Kalev en Ouganda une démarche d’alimenter davantage les actions nocives des ADF en vue de disperser et désorienter les actions de Fatshi pour qu’il passe tout son temps à régler les questions de l’Est, en oubliant les autres actions de développement susceptibles de lui donner une bonne cote au sein de l’opinion congolaise et obtenir un deuxième mandat. Ceci n’est pas un leurre, alerte la source de Scooprc.net qui rappelle tous les soupçons qui ont pesé sur l’ancien régime accusé d’instigateur de la déstabilisation de l’Est du pays.Dossier à suivre !


elit. nec risus. id, ut lectus commodo et,