Tapez pour rechercher

Slider
Politique

Crise institutionnelle au Kongo central : une photo qui coupe court !

Img 20200109 Wa0627

La photo ci-haut, prise à Moanda lors du séjour du président de la République, Félix Tshisekedi, au siège de Perenco, transmet un message net et clair au regard de la crise bientôt cinq mois entre l’Assemblée provinciale et le gouvernement provincial : il n’a pas  désavoué le gouverneur Atou Matubuana à côté de lui sur la photo.

D’ailleurs, Fatshi ne l’a pas caché aux députés provinciaux et nationaux qu’il a reçus à Moanda le jeudi 09 janvier, confie à Scooprdc.net un élu du Kongo central présent à cette rencontre. « Le chef de l’Etat a reçu le gouverneur Atou Matubuana à Moanda. Ils ont échangé à deux…il nous a reçus, élus provinciaux et nationaux. Ce qui est vrai, Fatshi a insisté sur un ton ferme sur la stabilité des institutions provinciales et le dialogue. Il est revenu sur son discours tenu lors du Forum national sur la décentralisation et son adresse sur l’Etat de la nation. Il a rappelé qu’il est inadmissible et inacceptable que pour des intérêts égoïstes et mesquins, que certaines personnes visent à déstabiliser les institutions provinciales », a révélé cet élu à votre média en ligne.

Avec cette position tranchée, Félix Tshisekedi est loin d’entériner la déchéance depuis le 4 décembre du gouverneur Atou Matubuana par l’Assemblée provinciale. « Atou est un gouverneur soutenu par l’ordonnance du chef de l’Etat, mais il n’a plus de légitimité au niveau du Parlement. Il est déjà parti, il n’y aura plus une autre motion pour le faire partir »,  avait déclaré le 27 décembre dernier le nouveau rapporteur de l’Assemblée provinciale du Kongo central, Papy Mambo Luamba.

De leur côté, le gouverneur Atou Matubuana et son vice Justin Luemba ne cessent de déclarer haut et fort que leur démission n’est pas à l’ordre du jour et n’est pas inscrite dans leur agenda. « Notre souhait est que nous travaillons dans la quiétude et la paix pour développer notre province qui a encore beaucoup de problèmes dans plusieurs provinces, mais il y a des tireurs des ficelles à Kinshasa. C’est Kinshasa qui est à la base de ce qui se passe ici parce qu’il y a des gens qui veulent de positionner. Je sais que ce qui nous est arrivé n’honore pas la province, mais nous avons sincèrement présenté nos excuses. J’estime que cette page est tournée, il est temps maintenant de travailler pour la province. Qu’on nous laisse travailler. Avec tout ce qu’il y a eu comme dépassement, je crois que nous ne devons pas nous éterniser sur cette histoire de Mimigate. A ce jour, on ne parle plus de ça, tout le monde a oublié », a déclaré récemment Justin Luemba à un groupe des journalistes de Kinshasa partis prendre, fin décembre dernier, la température politique de la province.

Il faut dire qu’actuellement cette crise entre les deux institutions provinciales du Kongo central freine le bon fonctionnement de la province. L’Assemblée provinciale qui ne jure que par le départ d’Atou Matubuana et de Justin Luemba, a même refusé de recevoir le budget 2020. Le gouverneur à qui la loi accorde une brèche en cas de refus de l’Assemblée provinciale de recevoir son budget, vient de mettre en application son budget par voie d’arrêté. Jusqu’où ira le blocage ? Un défi !

Innocent Olenga.

ut quis efficitur. et, odio mattis