Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
Banner Sonas
previous arrow
next arrow
Slider
Environnement

Recherche scientifique : Zaïre 50-26, projet important mais méconnu des Congolais !

José Mpanda Au Conseil Des Ministres

Le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation Technologique a reçu dans son cabinet de travail, ce mercredi 13 novembre, deux experts de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique. C’est de le cadre du projet Zaïre 50-26 impliquant le Commissariat Général à l’Energie Atomique (CGEA) et l’Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomique (INERA), deux des structures sous tutelle de son ministère.

D’après le professeur Vincent Lunkanda, numéro 1 du CGEA qui a conduit ces experts auprès de José Mpanda Kabangu, ce projet vieux de  huit ans qui touche à sa fin, vise l’amélioration des plantes à l’aide des techniques nucléaires pour aider le pays à résoudre le problème de nutrition. Il a commencé sur le manioc et est maintenant focalisé sur le soja et le maïs.

« Vous voyez bien que ce n’est pas un projet de bombe atomique. Ici c’est l’exploitation des techniques nucléaires pour l’amélioration de la qualité des plantes. Donc, nous sommes dans le domaine agricole », prévient le professeur Vincent Lunkanda avant d’expliquer : « ce que nous faisons, nous utilisons l’énergie nucléaire pour créer des mutants qui vont dans le sens de l’amélioration de la plante. Puisque nous le faisons au laboratoire au niveau du Centre nucléaire, nous devons collaborer avec l’INERA qui lui, va faire l’application sur terrain. C’est comme ça que ce projet Zaïre 50-26 concerne à la fois le CGEA et l’INERA ».

Le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation Technologique qui a apprécié ce projet Zaïre 50-26 qui va dans le sens de l’amélioration de la nutrition et qui palie au problème, non seulement de la famine, mais aussi de la carence par exemple en fer et zinc chez les femmes enceintes et les enfants, regrette simplement que l’INERA et le CGEA ne l’aient pas vulgarisé auprès de la population congolaise, pourtant bénéficiaire. Tout en promettant son soutien politique auprès du Gouvernement, José Mpanda Kabangu a également conseillé le CGEA de chercher à collaborer aussi avec l’Institut International de l’Agriculture Tropicale (IIAT) dont la station venait d’être récemment inaugurée à Kalambo, au Sud-Kivu.

Innocent Olenga.


tempus luctus felis sit sed Aliquam ipsum mattis justo at