Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
previous arrow
next arrow
Slider
Economie

Accusations contre la Gécamines : Albert Yuma donne une leçon de management à Raphaël Ngoy Mushila

Dans une lettre assortie d’une annexe de 20 pages adressée au premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le président du Conseil d’Administration et le Directeur Général ad intérim de la Gécamines sermonnent l’ingénieur Raphaël Ngoy Mushila, auteur d’un rapport contre la gestion de la Gécamines, rapport qualifié par le duo Yuma-Kamenga de pamphlet qui dépasserait par sa forme les limites de la bienséance et par son fond l’irrationalité. Voilà pourquoi la réaction de ces derniers ne s’est pas fait attendre.

En effet, réagissant au rapport de Raphaël Ngoy Mushila, ingénieur à la Gécamines adressé au premier ministre, rapport qui selon les gestionnaires de cette société minière étatique, voudrait que la Gécamines soit disséquée en société des participations où l’Etat congolais serait minoritaire, et en plus de cela revoir le code minier qui a été révisé en 2018 sous l’administration Kabila. Sacrilège ! Tel est l’esprit de la lettre ou mieux de la leçon de management qu’adresse Albert Yuma à sieur Raphaël Ngoy Mushila, qui dans sa réaction, démontre à ce dernier par l’entremise du premier ministre que son raisonnement est hérétique et irrationnelle. Non sans raison, car Albert Yuma et son comité de gestion démontrent à suffisance que le choix opéré par eux depuis 2010 qu’ils sont à la tête de cette société a porté ses fruits.

« …Nous regrettons particulièrement que des adversaires du redressement du Congo choisissent ce moment pour propager de telles informations de nature à induire en erreur les responsables publics et la population, et cela d’autant plus que la stratégie conduite par l’actuel conseil d’administration dans un environnement hostile est entrain de produire ses fruits, que ce soit, sans que cela soit exhaustif, sur la reconstitution d’un patrimoine minier à la hauteur des ambitions de notre Nation; la transformation organisationnelle de la société dont les règles de gestion datant de l’Union Minière du Haut-Katanga (UMHK) étaient devenues depuis longtemps inadaptées compte tenu du contexte actuel de l’industrie minière ; la reprise des activités de STL sous le contrôle total de Gécamines ; la mise en production de l’usine de DEZIWA d’une capacité initiale de 80.000 tonnes de cuivre ; la nette progression de la production propre de Gécamines et enfin le rééquilibrage de ses joint-ventures dont le succès n’est plus à démontrer », peut-on lire au cœur de la lettre.

Tout compte fait, les gestionnaires de Gécamines sous l’aile de son président du conseil d’administration, Albert Yuma, ont suffisamment prouvé par leur réaction adressée au premier ministre que cette société minière a encore de l’avenir devant elle, et de ce fait, elle mérite la confiance des responsables publics et de décideurs pour l’accompagner dans ses réformes, lesquelles réformes ont donné du fruit tel épinglé ci-haut.

Nzakomba


venenatis commodo amet, vel, dolor dictum justo quis, diam id, ipsum