Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
previous arrow
next arrow
Slider
Politique

Tiraillement au sein du groupe parlementaire AFDC-A à l’Assemblée nationale : la sagesse du bureau Mabunda recourt à la commission PAJ

Img 20191107 Wa0630

Depuis la ‘’rébellion’’ de Modeste Bahati au sein du Front Commun pour le Congo (FCC) et son exclusion de cette plateforme, son regroupement politique AFDC-A subit des soubresauts à tous les niveaux. A l’Assemblée nationale aussi, le groupe parlementaire s’est bipolarisé entre les pro-Bahati et les pro-Nkulu fidèles au FCC. Ce jeudi 07 novembre, les deux camps ont, au cours de la plénière, livré un spectacle de bousculade d’une autre époque, où deux élus AFDC du Kasaï central en sont même venus jusqu’aux mains.

Et dans ce combat de leadership au sein du groupe parlementaire, des attaques et accusations sont dirigées vers le bureau Mabunda, indexé à tort ou à raison d’être partial. Surtout le pro-Bahati accusent personnellement Jeannine Mabunda de jouer le jeu non seulement de son parti le PPRD, mais aussi du FCC qui veulent faire agenouiller politiquement le sénateur Modeste Bahati qui, jusqu’à preuve du contraire, est considéré statutairement comme autorité morale de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés.

Cependant, du côté de Jeanine Mabunda Lioko, ses proches affirment que celle-ci a préféré préserver sa neutralité et joué à l’apaisement. Ce qui fait que lors de la conférence des présidents qu’avait présidée l’élue de Bumba mardi dernier, les présidents de différents groupes parlementaires avaient donné leur quitus à une solution appropriée, proposée par son bureau, à savoir : confier le dossier à la commission Politique, Administrative et Juridique (PAJ). Proposition validée aussi par le plénière de ce jeudi 07 novembre après l’altercation et l’escalade verbale entre les deux camps protagonistes de l’AFDC-A.

Malgré les accusations et les attaques, estiment les pro-Mabunda, il s’agit là pour elle, la voix de la sagesse après l’échec d’harmonisation des vues entre les deux camps. Ainsi, soutiennent-ils, la démarche du Bureau de l’Assemblée nationale est d’éviter le cautionnement éventuel d’un dédoublement de l’AFDC-A. L’arbitrage confié à la Commission PAJ est de pouvoir amener celle-ci à examiner ce différend conformément à la constitution, aux lois de la République et au règlement intérieur de la Chambre basse du Parlement.

Bien qu’ayant accepté cet arbitrage de la Commission PAJ, le camp de Modeste Bahati qui appelle au respect strict des lois du pays, ne cesse d’accuser le bureau d’avoir entretenu le flou. « Le Bureau a consacré et travaille de connivence avec les dissidents qui sont identifiés comme AFDC-A/FCC. Nous sommes venus réclamer nos droits parce qu’ils s’arrachent. La matière vient d’être envoyée à la commission PAJ et nous pensons que le droit sera dit », a déclaré la députée nationale Adèle Kahinda, président du groupe parlementaire AFDC-A fidèle à Modeste Bahati.

Il faut rappeler que ce conflit politique est déjà porté devant la justice, notamment à la Cour de Cassation. D’où le 24 octobre dernier, les femmes de l’AFDC-A pro-Bahati s’étaient mobilisées et avaient assiégé de 8 heures à 17 heures l’immeuble de la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale (CNSS, ex-INSS) où est abrité le cabinet du procureur général près la Cour de cassation. Scandant des chants et dansant, elles manifestaient leur mécontentement face au mutisme manifeste de la justice au sujet de la plainte déposée par la hiérarchie de leur regroupement contre les dissidents qui tentent de dédoubler l’AFDC-A. Ces femmes qui avaient déposé leur mémo auprès du PG Flory Kabange Numbi, exigeaient que ce dernier puisse traiter avec diligence leur dossier pour mettre fin une fois pour toute à cette zizanie créée par les caciques du PPRD-FCC qui se cachent derrière Néné Nkulu et sa bande dans le seul but de déstabiliser le sénateur Modeste Bahati. Dossier à suivre.

Owandi.


Curabitur dolor. dapibus et, ut nec Phasellus adipiscing facilisis velit, mattis felis