Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
previous arrow
next arrow
Slider
Economie

Kasaï central : retour en force de CREC-7 sur instruction de Fatshi

Index 5

L’information est tombée ce mardi 05 novembre dans la soirée sur la table de Scooprdc.net : le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a décidé du retour de la société chinoise CREC-7 au Kasaï central. Pour ce faire, il a instruit son conseiller spécial en matière de sécurité, François Beya, de transmettre cette décision au gouverneur Martin Kabuya. Par ce retour donc, CREC-7 doit mettre dans ses bagages tous ses ingénieurs chinois expulsés du Kasaï central pour entreprendre les travaux sur différents chantiers.

Le média en ligne apprend aussi que le cri d’alarme des Kanangais par lui lancé en ce qui concerne l’érosion qui a coupé l’avenue Macar avec menace imminente sur l’avenue Lulua, est vite parvenu au président de la République. C’est cette entreprise chinoise qui est chargée de lutter contre ce monstre dévastateur. Mais l’entreprise devra aussi reprendre la gestion de la route Kalamba Mbuji lui confisquée maladroitement par le gouverneur Kabuya.

Cette décision de Fatshi vient rencontrer la recommandation faite l’avant-midi ce même mardi par le directeur général de l’Agence Congolaise de Grands Travaux (ACGT) qui, devant le Réseau des Journalistes Economiques et Financiers de la RD Congo (REJEF), a estimé qu’il faillait sans tergiversation remettre la gestion de la route Kalamba Mbuji à CREC-7 qui, dit-il, est le meilleur partenaire de la RDC. Charles-Médard Ilunga expliquait aux journalistes les avantages procurés par la concession des routes aux privés.

Rappelons que depuis l’avènement du gouverneur Martin Kabuya à la tête de la province du Kasaï central, il a crée un bras de fer avec CREC-7 au sujet de la gestion de péage (lire l’article de Scooprdc.net : https://scooprdc.net/2019/09/17/dossier-grec-7-au-kasai-central-une-patate-chaude-dans-les-mains-du-gouverneur-kabuya/#.XcHjv68o_IU). Ainsi la décision de Fatshi met un terme final à ce conflit désavantageux à la province, malheureusement par saut d’humeur  d’un individu.

Georges Ilunga.


felis commodo porta. risus venenatis massa velit, efficitur. Donec