Tapez pour rechercher

Slider
Actualité

Meurtre de l’AG de l’hôpital Vijana de Lingwala : Dolly Makambo coupable présumé !

L’Administrateur Gestionnaire du Centre de santé de référence Vijana à Lingwala a été abattu froidement et à bout portant ce mercredi 30 octobre à son lieu de travail. Son meurtrier compte parmi les éléments de la police postés sur le lieu par Dolly Makambo, ministre provincial de l’intérieur et de la sécurité du gouvernement Ngobila. Motif de cet assassinat odieux : son opposition contre la spoliation d’une portion de terre appartenant à ce centre de santé qui existe depuis 1952, à en croire le secrétaire de ce centre, monsieur Jean-Marie Bikwaso trouvé sur place par le reporter de Scooprdc.net.

D’après les informations recueillies sur le lieu du crime, tout commence par un certain monsieur Okenge, ancien comptable au ministère des affaires foncières, qui par un jugement par défaut, s’est approprié une moitié de la concession abritant le centre de santé, faisant valoir un droit de succession appartenant à son père. Aussitôt, sieur Okenge vendra la dite parcelle à un pétrolier dénommé Paluku. Alors que ce centre de santé est sous la juridiction provinciale, ses responsables se sont plaints de la situation auprès de l’ancien gouverneur André Kimbuta et du Bourgmestre de Lingwala Brigitte Mwaluke, sans succès.

A l’avènement du nouveau gouvernement provincial, c’est Dolly Makambo, ministre de l’intérieur et de la sécurité de la ville province de Kinshasa qui prend le devant pour faire exécuter ce jugement obtenu par défaut par Okenge et son client Paluku contre le centre de santé de référence.

Telle une tragédie cinématographique, le ministre Makambo s’amène le mercredi 21 octobre au centre de santé, soit une semaine jour pour jour avant le crime d’aujourd’hui pour s’entretenir avec le personnel en vue de le convaincre de laisser faire Paluku, car il aurait gagné le procès contre l’Etat à travers le centre de santé. Mais, cet entretien a vite basculé en une mise en garde des corps médicaux et gestionnaires du centre, qu’il n’a pas hésité de le qualifier de tous les noms, rapporte les témoins à Scooprdc.net.

Allant de l’insubordination aux illettrés et incompétents, le ministre Dolly Makambo les aurait copieusement insultés. Un agent excédé par ces insultes aurait rétorqué au ministre : « ces gens ne travailleront pas ici, cette parcelle appartient à l’Etat ».  Sur le champ, Dolly va intimer l’ordre à l’un de ses gardes de se saisir de l’infirmier. Vu la réaction de ses collègues qui ont commencé à ramasser de pierres, Dolly Makambo va lâcher prise en ordonnant la relaxation de l’infirmier. Blessé dans son orgueil, l’homme (le ministre Makambo), vociférera en ces termes : « Paluku a gagné ce procès, et que moi comme l’Etat, je vous demande de laisser ces travailleurs faire leur travail. Ici l’Etat c’est moi, et quiconque empêchera ces travailleurs de faire leur travail aura à faire à moi. D’ailleurs je vais laisser un groupe de policiers ici sur place pour veiller à ce que mes ordres soient exécutés ».

Finalement ce mercredi 30 octobre, après la réunion du staff médical, Belvis Nkuku Ilo, né à Kiri, le 01 janvier 1986, affecté à Vijana par le ministère provincial de la santé le 27 septembre 2018 et mis en place le 6 Novembre de la même année, a, à la sortie de cette réunion, pris une pelle appartenant aux maçons et l’a brisée. Aussitôt, les policiers postés par le ministre Dolly Makambo dans l’enceinte même de l’hôpital, ont surgi de leur Jeep Nissan Patrol de couleur grise métallisée et s’en sont pris physiquement à ce corps médical, le traînant vers l’intérieur de leur véhicule malgré la résistance de ces collègues femmes qui n’ont pas eu assez de forces pour arracher Belvis des mains de ses bourreaux.

Pendant que la population environnante approchée pour secourir l’infortuné, l’un des policiers habillé pourtant en civil, mais armé, a sorti son arme et a logé une bale à ce corps médical au niveau de la gorge. Pris de colère devant cette scène, la population a commencé à pourchasser ces policiers qui se sont tous dispersés laissant le corps sans vie de Belvis Nkuku à bord de cette jeep immatriculée 6602 BC 01. Ce véhicule de l’escorte de Dolly Makambo a aussitôt été incendié par la population en colère. C’est en vouant traverser l’avenue Libération (ex-24 Novembre) au niveau de Assanef que le criminel sera maîtrisé par d’autres policiers et amené à l’Inspection Provinciale de Kinshasa (IPKIN).

La question que d’aucuns se posent : depuis quand le rôle d’un ministre provincial de l’intérieur est de faire exécuter les jugements bons ou mauvais de la Justice ? Pourquoi Dolly Makambo se serait-il substitué à un greffier d’exécution ? Pour qui et pour quel intérêt l’ancien bourgmestre de la Gombe a-t-il accepté de se salir les mains jusqu’à cette extrémité ? Les lecteurs de Scooprdc.net se souviendront sans doute de l’article du média en ligne, qui dénonçait déjà les manières de ce ministre atypique, qui ne cache plus sa brutalité et son arrogance (lire l’article de Scooprdc.net : « ‘’Kuluna V.I.P : Dolly Makambo, troueur des pneus du véhicule d’autrui »).

Ce drame de ce jeune médecin de 33 ans doit interpeller la Justice appelée à sanctionner sévèrement et de la même façon, tous les délinquants torses nus tout comme veste et en cravate.

Nzakomba

Curabitur libero ut pulvinar elementum odio massa