Tapez pour rechercher

Politique

Dérapages répétitifs des militants de l’UDPS : Albert-David Mukeba préconise une rencontre rapide entre Fatshi et Jokab en vue de recadrer les bases

David Mukeba

A l’annonce, vendredi 11 octobre, du crash de l’Antonov 72 affrété par la Présidence de la République ayant ainsi occasionné des pertes des vies humaines, les militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), parti actuellement au pouvoir, ont vite barricadé le boulevard Lumumba à la hauteur de leur siège à Limete et ont brûlé des pneus. Pour eux, cet accident est un acte de sabotage orchestré par le président honoraire. Malgré l’intervention de la police, ils ont en représailles saccagé l’un des sièges du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), formation politique de Joseph Kabila.

Tout en se disant consterné par cet accident et exprimant toute sa compassion aux familles éprouvées, Albert-David MUKEBA, le Secrétaire Général de Congo Espoir et président du groupe parlementaire ADRP et G18, déplore cependant les actes de dérapage commis par les militants de l’UDPS qui ont paralysé la circulation routière ainsi que les activités dans la commune de Limete. « Ces réactions épidermiques de nos bases sont dues au manque de communication horizontale entre le sommet CACH-UDPS et sa base d’une part, et d’autre part entre le sommet FCC et sa base », déclare cet élu du territoire de Miabi, au Kasaï oriental.

Lire aussi :
RDC : Trois grands défis du Gouvernement Ilunkamba, selon Néhémie Mwilanya

Pour ce faire, Albert-David Mukeba propose en toute urgence une concertation au sommet entre les autorités morales de la coalition CACH-FCC, Félix-Antoine Tshisekedi, président de la République, et Joseph Kabila, président honoraire avec répercussion à la base pour que celle-ci puisse comprendre que l’on n’est plus dans la période où il y avait la Majorité au pouvoir et l’opposition mais plutôt que l’on est dans la coalition au pouvoir pour la gestion conjointe de la République pendant ce quinquennat.

« Nous n’avons pas droit à l’erreur. Certes, la cohabitation ou la coalition n’a jamais été facile au début, mais nous devons tout faire pour diminuer ou minimiser les dégâts. Après la passation du pouvoir entre le président entrant et le président sortant, toute la communauté internationale ainsi que l’Afrique nous regardent pour voir comment nous allons évoluer. Je suggère aussi que les députés nationaux et sénateurs de la coalition FCC-CACH puissent beaucoup s’impliquer dans cette éducation de nos bases respectives », déclare ce samedi 12 octobre le Secrétaire général de Congo Espoir, parti membre du FCC et dont le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation Technologique, José Mpanda Kabangu, est autorité morale.

Lire aussi :
Moïse Katumbi au meeting d’Ensemble à Ndjili : « …je viens à Kinshasa déposer ma candidature… »

Ginno Lungabu.


amet, facilisis commodo ultricies lectus in dolor. suscipit ut Aenean sed