Tapez pour rechercher

Slider
Société

Lycée Bosangani : la sœur responsable indexée par les enseignants en grève à la Maternelle

Alors que l’école maternelle n’est pas concernée par la gratuité, la sœur responsable de l’enseignement au Lycée Sacré Cœur (Bosangani), celle-là même qui avait été mordue par un parent au petit Lycée, se retrouve accusée par les enseignants de la Maternelle d’avoir indûment bloqué leurs salaires, alors que les parents ont déjà payé les frais de scolarité de leurs enfants.

En effet, les parents ayant choisi la maternelle du Lycée Bosangani ont été surpris ce mercredi 2 octobre le matin, de voir leurs enfants refuser d’accès pour cause de grève. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les parents qui ont deux, voire trois enfants, étaient obligés de laisser les petits de la Maternelle entre les mains de leurs aînés le temps pour eux de regagner leurs lieux de travail. Pire encore, ces enseignants punissent les pauvres enfants à cause de la sœur responsable qu’ils accusent de geler leurs salaires pour de raisons obscures.

Le comportement de la religieuse en question prouve à suffisance que le réseau catholique d’enseignement public n’aurait pas la volonté que la décision sur la gratuité de l’enseignement de base réussisse. Alors que l’Etat avait interdit la vente obligatoire des uniformes, fournitures et autres à l’école, cette communauté religieuse du Sacré Cœur a contraint les parents à faire le contraire. Se croit-elle au dessus de la loi ?

Quant aux parents que d’aucuns considèrent complices de la sœur par leur léthargie, devaient selon les uns, imposer à la sœur le paiement des enseignants car ils s’étaient eux-mêmes déjà acquittés des frais scolaires de leurs enfants. Sinon, accepter de garder les enfants à la maison, est non seulement une forme de complicité, mais aussi de lâcheté, confient les certains enseignants de cette école maternelle à Scooprdc.net.

Nzakomba

libero non ut in suscipit dolor. venenatis diam fringilla risus. eleifend