Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
previous arrow
next arrow
Slider
Economie

Criblé des  dettes, le DG de « Ami Fidèle Transfert » en fuite : la faute de la Banque Centrale du Congo

Voici plus de 8 mois que clients et employés de la messagerie financière Ami Fidèle Transfert dit Vite-vite cherchent comment rentrer dans leurs droits, sans succès. La société en faillite a laissé sur les carreaux ses employés avec 9 mois d’arriérés de salaire et sans décompte final, mais aussi des clients dont les transferts d’argent ont été tout simplement engloutis par le déficit de la trésorerie. Pendant ce temps,  le Directeur général de cette société en faillite, sieur Katukumbanako Mavengi Nono a, lui immigré vers les USA presque clandestinement, laissant derrière lui toutes ces dettes énormes.

Toutes les victimes n’hésitent pas à pointer du doigt la Banque Centrale du Congo (BCC) de qui dépendent selon l’instruction 006, tous les établissements financiers en RDC (Banque commerciale, coopérative et caisse d’épargne, messagerie financière…). Car après de révélations faites par Scooprdc.net sur la mauvaise gestion et le clientélisme qui régnaient au sein de cette messagerie financière,  alors que ces révélations de faillite devraient interpeller l’autorité de tutelle qui est la BCC,  rien n’a été malheureusement fait pour sauver cette situation.

À ce jour,  les clients sont abandonnés à leur triste sort ne sachant à quel saint se vouer.  Quant aux agents,  après avoir traduit l’employeur devant l’Inspection du travail sans conciliation, le dossier se trouverait maintenant au Tribunal de Grande instance/Gombe. Mais pour quel résultat d’autant plus que l’accusé s’est soustrait du pays et se la coule douce au pays de l’Oncle Sam ?

Responsabilité de la BCC

La mise en garde de Scooprdc.net sur ce qui se passait dans cette société qui courait le danger de mettre la clé sous le paillasson, et après avoir interpellé dans l’un de ses articles la BCC à ce propos, cette dernière n’a visiblement fourni aucune démarche pour tenter de redresser cette société ou prendre son contrôle comme ce fut le cas pour Mecreco, pour ainsi éviter de pénaliser les clients et les employés.

Pourquoi la BCC devrait-elle intervenir ?

En effet, selon la loi congolaise, les messageries financières comme toutes les autres sociétés financières telles que cités ci-haut sont sous sa tutelle. Dans ces conditions, chaque messagerie financière verse à titre de caution à la BCC 10.000 dollars américains pour son agrément. Et pour chaque agence ouverte, c’est 2.500 USD de caution, tout ceci pour garantir l’argent de clients au cas où la société serait en difficulté de paiement.

Cette caution permet à la BCC d’intervenir en prenant même le contrôle dans le pire de cas d’une entreprise en difficulté de paiement.  Or, d’après les enquêtes de Scooprdc.net, l’on apprend qu’Ami Fidèle Transfert Vite Vite avait au total 70 agences à travers la république avec une forte concentration dans le Kongo central. Avec un simple calcul arithmétique, la BCC devra en dehors de 10.000 USD de la caution d’agrément, détenir au moins 175.000 USD à titre de caution d’ouverture d’agences. Rien que cette somme,  pourra aider à redresser la société et la mettre sous-tutelle de la BCC.  Le faire aurait contribué à sauver plus de 200 emplois,  mais hélas !

La question que d’aucun se pose est de savoir : toutes ces ouvertures d’agences se faisaient-elles dans les normes ? Sinon,  où serait passé l’argent de différentes cautions payées à chaque ouverture d’agence ?

Interrogé à ce sujet, un agent de Ami Fidèle transfert vite vite Moanda ne cache pas son désarroi, au téléphone du reporter de Scooprdc.net,  il réagit ainsi : « Nous sommes victimes d’une vaste escroquerie à la Madoff. Nous venons d’apprendre que le DG Nono a fui avec toute sa famille aux USA nous laissant dans la rue. En dehors de nos arriérés de salaire et décompte final,  il y a aussi de ceux parmi nous qui épargnaient de l’argent auprès d’une autre de ses sociétés d’ailleurs non déclarée à la BCC,  Ami Finance. C’était une sorte de caisse d’épargne au sein de Ami Fidèle. Même ça aussi,  il nous l’a pris. Ce monsieur ne sera pas en paix là où il est. Même l’épargne de gens, il l’a emportée !  Non,  ça c’est plus que la méchanceté « .

Les propos de l’agent corroborent ce que votre média avait en son temps dénoncé sur l’existence des sociétés en chevauchement qui se cachaient toutes dernières le label Ami Fidèle Transfert à savoir : Ami Finance,  Bwakisa Carte,  Ami Shop,  Ami Pharma,  Ami Trans,  Ami Hôtel pour ne citer que celles là.

Ces agents ont promis de saisir le chef de l’Etat Félix Tshisekedi par un mémorandum,  pour que leur situation ne soit pas oubliée par les instances décisionnelles du pays.

Nzakomba  


dictum Praesent nunc dolor lectus elit. Donec ante.